ZZ Top - "La Futura"

Par Scred | le 05/09/2012 | Les autres articles sur le Rock

Retour vers le passé
Depuis pas mal de temps, plusieurs décennies en fait, ZZ Top était devenu avant tout un groupe de scène… Après le succès phénoménal de l’album « Eliminator » (1983), le groupe avait écrit sa légende barbue en concert sans jamais vraiment réussir à rééditer l’exploit sur disque, et ce malgré quelques singles intéressants (« Doubleback », « Pincushion »).
ZZ Top - "La Futura" Il y a neuf ans, « Mescalero » s’en sortait avec les honneurs en abandonnant définitivement les sonorités synthétiques qui rebutaient les fans de la première heure pour retrouver un style bluesy plus classique, mais malheureusement les compositions n’étaient toujours pas au rendez-vous. Bien, mais pas « Top » en somme, on croyait à juste titre les Tres Hombres définitivement perdus pour le studio et l’aftershave…

Et puis boum, de nulle part, voici que le révérend Billy Gibbons et sa bande nous balancent en plein cœur de l’été un EP explicitement intitulé « Texicali » composé de quatre titres chauffés au fer rouge dont l’incroyable « I Gotsta Get Paid », un boogie plus suintant que le sol d’un bar mexicain au petit matin. On y retrouve tout ce que l’on aime dans la musique des texans, un son de guitare gras et dégeulasse, une rythmique implacable et la voix de Gibbons aussi vicieuse qu’un crotale tapi dans la boue du Rio Grande…

Les trois autres morceaux n’étaient d’ailleurs pas en reste, le tandem « Chartreuse »/ « Consumption » fonctionnant à merveille, toujours dans un registre boogie électrique moite avec production minimale de rigueur, direct dans l’ampli sans fioritures, tandis que « Over You » nous la jouait blues langoureux comme aux plus belles heures de « Blue Jean Blues ».

C’est donc plein d’espoir que nous découvrons « La Futura », quinzième album de ZZ Top, un espoir qui, je vous l’annonce tout net, ne sera pas déçu… Passons sur les quatre premiers titres qui reprennent dans l’ordre l’EP « Texicali » pour nous intéresser directement à « Heartache In Blue », un blues bien lourd, réminiscence du fameux « Waiting For The Bus » avec au programme harmonica torride et ligne de basse en format rouleau compresseur. « Texicali » n’avait donc pas tout dit, il y a plus…

« I Don’t Wanna Lose, Lose You » par exemple, débarrassé des scories électroniques, nous offre un parfait retour vers le passé période « Degüello », enchaîné sans respirer avec un « Flyin High » que n’aurait pas renié AC/DC avec son riff d’une simplicité confondante apte à faire taper la mesure à un unijambiste à cloche pied. Si, c’est possible !

« It’s Too Easy Mañana » ralentit le tempo l’espace d’un instant sans pour autant faire de concession quant à la grosseur du son, on reste sur du burrito épicé façon sud de la frontière avant de repasser la première sur « Big Shiny Nine » et surtout « Have A Little Mercy » qui conclut l’album sur une note mordante et délicieusement organique, dans tous les sens du terme.

Vous l’aurez compris, « La Futura » n’est pas qu’un bon album, c’est tout simplement le meilleur album de ZZ Top depuis presque trente ans, un retour aux sources aussi enivrant qu’inattendu tant on n’imaginait pas que nos velus amis étaient encore capables d’un tel tour de force. Qu’on se le dise, ZZ Top n’est pas qu’une attraction de foire, c’est bel et bien l’un des groupes de rock n’ roll les plus important en activité aujourd’hui comme le démontrent ces dix titres qui frisent la perfection. Disque du mois, vous en doutiez encore ?
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.