The Who ont livré une piètre prestation au Superbowl XLIV

Par Scred | le 09/02/2010 | Les autres articles sur le Rock

Who dat?
Heureusement que le match était beau...
The Who ont livré une piètre prestation au Superbowl XLIV Si l'on recherchait le frisson du spectacle dimanche soir pendant la finale du Superbowl qui opposait les New Orleans Saints aux Indianapolis Colts, il fallait plutôt compter sur les quaterbacks Drew Brees et Peyton Manning que sur le désormais célèbre "Half-Time Show" assuré cette année par The Who.

Première fausse note, alors que d'ordinaire le public envahit la pelouse autour de la scène en un temps record, cette fois-ci le groupe est seul au milieu du terrain sur une scène lumineuse aux couleurs du fameux logo en forme de cible tricolore.

Effets pyrotechniques, lasers, projections, tout cet habillage n'arrive pas à masquer un fait évident, c'est un couple de personnes âgées qui entame "Pinball Wizard" devant une foule sagement assise dans les gradins du stade des Dolphins à Miami.

Roger Daltrey ressemble à une grand-mère sortant de chez le coiffeur après une teinture alors que Pete Townshend, bouffi et méconnaissable, tente vainement d'exécuter ses fameux moulinets à la guitare avec pour résultat l'impression qu'il a une crampe au bras.

Suit un medley de quelques classiques des Who, en réalité un mix des génériques de la série "Les Experts" histoire que le public américain suive ("Who are you", "Baba O'Riley", "Won't get fooled again") joué sans conviction. Mais que sont-ils venus faire dans cette galère?

Le seul à s'en sortir avec les honneurs reste le batteur Zak Starkey, fils de Ringo Starr et filleul de Keith Moon, l'ancien et mythique batteur des Who, qui livre une partition honnête.

Je n'ai absolument rien contre les groupes de vétérans, les Rolling Stones sur scène ont toujours été incandescants, les Pink Floyd toujours scotchants, pareil pour Paul Mc Cartney ou Jimmy Page, mais cette fois-ci, il faut avouer que le spectacle de ce qui fût The Who était assez pénible à regarder...

Allez, croisons les doigts, avec un peu de (super) bol, on aura AC/DC ou Metallica l'an prochain !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.