The Four Horsemen - Divan du monde - 31/01/2014

Par Finnlord | le 01/03/2014 | Les autres articles sur le Métal

Ride The… Puppets
Quand un cover band en arrive à effectuer la promotion du DVD officiel du groupe « copié », cela retient l’attention : The Four Horsemen, au Divan du Monde, pour la sortie du DVD Through the Never de Metallica. Le concert est annoncé sold out quelques jours avant le concert rendant cette affiche encore plus alléchante.
En ce jour, pas de première partie, The Four Horsemen est le seul groupe à l’affiche. Cela apporte une touche de fraîcheur, ne permettant donc aucun lacement du spectateur. A la manière de Metallica, The Four Horsemen entre sur scène avec le célèbre titre d’Ennio Morricone The Ecstasy of Gold avant d’enchaîner sur le titre leur ayant donné nom.
Ca ressemble à du Metallica, çà transpire le Metallica, c’est presque du Metallica… mais en plus jeune et sur une petite scène intimiste, face à un public de partisans. Pendant que nous attendions le début du concert, les fans se pressaient, racontant mythes et légendes du groupe légendaire, de leurs concerts… le public est donc connaisseur et d’autant plus exigeant. Pourtant, dès que l’introduction de Master Of Puppets se fait entendre, les fans s’écrient, participant comme si les quatre cavaliers de l’apocalypse étaient vraiment parmi nous. Le concert rentre dans une toute nouvelle phase : fraîchement sorti de sa torpeur, le public s’amasse de plus en plus au-devant de la scène, alors que le groupe enchaîne les titres avec une aisance déconcertante, créant une osmose avec les fans, prêts à réagir sur simple demande du groupe. Quel dynamisme et présence scénique ! c’est un réel plaisir à regarder. La setlist est pourtant assez spécifique, les grands tubes de Metallica étant réservés en majorité dans la à la diffusion du film « Through The Never » qui aura lieu ensuite. Ainsi nous aurons le droit à des morceaux de Metallica moins entendus et attendus tels que My Friend Of Misery, Disposable Heroes ou encore Through The Never (titre du film de Metallica où ce titre n’est, par ailleurs, pas interprété). Cela permet à ce public homogène de redécouvrir par le biais des The Four Horsemen des titres de Metallica souvent peu entendus et vus en live, mais pas oubliés. Le public, emballé par cette setlist et la redoutable vivacité de la formation, ne s’assoupit pas. The Four Horsemen nous rappelle la fougue du groupe légendaire à leur début, pour ceux qui n’ont pu les voir à cette époque.
L’apothéose aura toutefois lieu en fin du concert par le biais des magistrales interprétations des « tubes » Fade To Black et Seek & Destroy, mettant comme nous aurions pu le parier, le public dans une euphorie constante jusqu’à l’arrêt des projecteurs.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.