Tenacious D - "Rize Of The Fenix"

Par Scred | le 28/04/2012 | Les autres articles sur le Rock

D is For Deception
Le D est de retour… encore ! Pour les non initiés qui ignoreraient encore ce qui se cache derrière ce nom étrange et inquiétant, petit résumé des épisodes précédents… Tenacious D est un objet violent non identifié composé de l’acteur Jack Black et de son compère Kyle Gass, amuseurs publics certifiés qui partagent, outre une surcharge pondérale prononcée, un amour du rock n’ roll sincère et un talent musical certain.
Tenacious D - "Rize Of The Fenix" C’est d’ailleurs tout l’intérêt de ce groupe proprement hilarant, les mecs savent jouer ! Malgré un physique ingrat qui aurait dû en toute logique leur fermer les portes du Rock n’ Roll Hall Of Fame, « The D » a démontré en deux albums magiques (« Tenacious D » - 2001, « The Pick Of Destiny » - 2006) et un film qu’ils avaient leur place auprès des plus grands.

La recette de la musique de Tenacious D est assez simple… Sur une base de guitare acoustique, le groupe s’amuse à parodier les attitudes des rock stars qu’ils adorent au travers de textes humoristiques, tournant souvent autour de leurs propres personnes, et interprétés de manière magistrale grâce au talent de guitariste de K.G et au charisme allié à la voix impressionnante de Jack Black.

Le résultat de cette étrange mixture avait fait mouche jusqu’à présent, donnant naissance à des hymnes comme « Tribute », la meilleure chanson du monde selon les intéressés (et le diable en personne, référence en la matière), « Fuck Her Gently » ou encore « The Metal », plaidoyer en faveur de notre musique favorite qui remettait les pendules à l’heure au moment où tout semblait perdu.

Le troisième effort du groupe était donc attendu avec impatience par les fans ainsi que par le reste du monde, même s’il n’en avait pas conscience. Malheureusement, autant le dire tout net, le monde devra attendre encore un peu… En effet, « Rize Of The Fenix », malgré quelques moments d’anthologie, ne tient pas vraiment ses promesses.

De plus en plus égocentré, Tenacious D a perdu de vue ce qui faisait le sel de ses précédents albums, le rock, tout simplement ! Sur les treize morceaux figurant sur « Rize Of The Fenix », seuls quelques uns entretiennent encore un peu la flamme musicalement parlant (« Rize Of The Fenix », fortement inspiré du « Tommy » des Who, « Rock is Dead », un pur délire rockabilly, ou encore « Throwdown » qui bénéficie d’un riff assez efficace). Le reste de l’album se partage entre délires potaches (« Classical Teacher », « Flutes And Trombones »), et titres moyens (au mieux) manquant cruellement d’inspiration.

Signalons tout de même l’excellent « 39 », ballade en provenance directe du New Jersey qui voit Jack Black assurer une imitation aussi drôle que réussie de Bruce Springsteen, tant au niveau de la voix que des paroles, mais c’est bien là l’un des rares moments de grâce de cet album fort décevant. Peut-être le support visuel de certaines de ces chansons apportera le petit quelque chose (outrance, irrévérence) qui semble leur faire défaut à l’écoute mais rien n’est moins sûr…

Allez les gars, vous êtes le D ! Vous pouvez faire mieux que ça ! Faut-il que je brûle quelques cierges noirs en l’honneur de Lucifer pour vous réveiller ? Ce ne serait pas la première fois, nyark, nyark…
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.