Taddy Porter - "Taddy Porter"

Par Scred | le 07/07/2010 | Les autres articles sur le Rock

Brassé à l'ancienne
A l’origine, la Taddy Porter est la première bière à avoir été commercialisé aux Etats-Unis… Précision historique utile, puisque le chanteur du groupe qui a adopté le même nom que ce breuvage mythique s’appelle Andy Brewer (« brasseur »). Tout s’explique !
Taddy Porter - "Taddy Porter" Ce qui s’explique moins, c’est la présence récurrente de divers volatiles dans l’environnement des meilleurs disques de rock n’ roll qui sortent ces derniers temps… En effet, la pochette de l’album éponyme des Taddy Porter nous montre un oiseau perché sur ce qui semble être l’angle d’un ampli Fender, après le « And you were a crow» de The Parlor Mob ou encore l’emblème des Black Crowes, cela commence à faire beaucoup !

L’allusion à ces deux groupes n’est d’ailleurs pas innocente, dans la mesure où Taddy Porter joue dans la même cour, celle d’un rock seventies direct et efficace, teinté de blues et respirant le bon air du sud des Etats-Unis dont sont originaires les membres du groupe (Stillwater – Oklahoma).

En douze titres, Taddy Porter signe ici un album sans aucune faute de goût, chargé d’électricité (« Whatever haunts you », « Big enough ») et d’émotions ( « Long slow drag », « In the morning ») sans oublier les quelques hits potentiels qui vous sautent aux oreilles dès la première écoute comme ce « Shake Me » absolument imparable qui renvoie à l’énergie du premier album des Black Crowes cités plus haut ou encore « King Louie » qui clôt l’album sur une note Zeppelinienne tout à fait crédible.

Et que dire du groove infernal de « Gotta getcha back » qui évoque le blues fiévreux à tendance Tex-Mex que l’on joue encore dans les clubs qui jouxtent la frontière entre le texas et le Mexique ? Pas grand-chose en fait, on écoute, on tape du pied en hochant la tête et on monte le volume d’un cran histoire de faire monter la température… Même chose pour « Railroad Queen », du rock de biker dopé à la testostérone, soutenu par un slide tranchant comme un tesson de bouteille de bière fracassé sur un comptoir crade !

Taddy Porter n’a absolument rien inventé, aucun doute là-dessus, mais le groupe arrive cependant à susciter suffisamment d’excitation pour que l’on ait envie d’y revenir, sans avoir trop l’impression de déjà-vu et ceci pour une raison très simple, ils ont de bonnes chansons, point à la ligne !

Quelle importance que leurs influences transpirent aussi clairement qu’un touriste allemand en plein cagnard ? L’essentiel est ailleurs, dans la qualité de ces quatre garçons élevés au blues et à la bière qui signent ici un véritable coup de maître en guise de coup d’essai, à suivre avec impatience donc…
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.