SONISPHERE FRANCE - 8 & 9 Juin 2013 - Jour 2 - Part 1

Par Manue Fée C. | le 19/06/2013 | Les autres articles sur le Métal

Jour 2 : En attendant la Vierge de Fer ! Part I
Quatre jours après avoir enflammé Bercy à Paris, Iron Maiden c'est LA tête d'affiche tant attendue du Festival, en ce second jour de réjouissances. On s’attend donc à croiser encore plus de Eddie sur les T-shirts des festivaliers, à voir dans le public plus de gens pas du tout versés dans le look métal, des enfants, des parents, et surtout une foule se densifiant à mesure que la journée va avancer. C'est ça Maiden, ça rassemble un large public, toutes générations confondues et pas seulement d’amateurs de Métal.
Mais en attendant Maiden en plat de résistance, ainsi que Airbourne, que nous espérons comme la cerise sur le gâteau pour clore le festin dantesque de cette édition du Sonisphere, nous avons déjà de grosses mises en bouches à déguster, et pas des moindres !

Le temps de nous réinstaller, de prendre la température de ce début de dimanche sous un ciel qui hésite encore entre soleil et orages, un petit tour au market pour chiner deux trois t-shirts qui compléteront nos collections, et savourer une bonne grosse wurtz grillée, il est déjà l’heure d’ouvrir le bal, avec un maître de cérémonie infernal.

Ghost c'est un ordre antichristique aux évangiles sataniques et impies. Les six « goules sans nom » immobiles et anonymes aux visages peints encapuchonnés, masques luisants de Vendetta démoniaques, se positionnent religieusement sur la scène, au son de la litanie mystique du « Masked Ball » de Jocelyne Pook, chant religieux sacré en langue roumaine d'une messe de rite Orthodoxe, qui est joué à l’envers (le folklore sataniste croyant que les effets sacrés initiaux en sont ainsi inversés) entendu notamment dans la scène orgiaque du « Eyed Wide Shut » de Kubrik, qui nous transporte avec un frisson d'excitation dans une ambiance occulte d’abbaye transylvanienne pervertie. L’entrée solennelle de son Excellence Papa Emeritus II est acclamée par ses ouailles chantant à pleins poumons « Infestissunam », « Per Aspera Ad Inferi ».

Leurs blasphèmes musicaux sont une combinaison audacieuse de rock satanique, de Métal Doom, et d'une touche de pop inespérée. La voix claire de Papa tisse majestueusement ses sorts maléfiques et mélodieux, chef d'orchestre impassible distribuant sa noire bénédiction orbi et urbi d'un œil torve jusqu’à ce que l'audience soit complètement possédée, prête à accueillir le final « Monstrance Clock » qui pique la ferveur du public : « Come Together… Together As One… Come Together… For Lucifer’s Son ». La messe aura duré moins de 50 minutes mais aura converti de nombreux adeptes !

Au tour de Mastodon de nous souffler leur Sludge hypnotique et abrasif dans les bronches. Se donnant à fond sur scène, moins statiques que par le passé, et sourires affichés, ils semblent ravis de se produire aujourd'hui, avec en toile de fond leur backdrop impressionnant à l’effigie de la pochette de The Hunter. La basse vrombit et les guitares rugissent à l'ancienne, le chant à plusieurs voix aère l'ensemble, et le public adhère.

C'est l'heure de la claque sur la Scène Saturn, avec une ouverture plus qu'ahurissante de vélocité des Guitar Hero d'« Extrême Power Métal » DragonForce sur le bien nommé « Fury of the storm ». Le géant à la chevelure blonde Marc Hudson, jambes écartées, agrippé à son micro, aurai presque des allures d'un Axel Rose à l'ancienne, la carrure, le coffre et la clarté de chant dans les envolées en plus. Clin d’œil de la part du bassiste français Frédéric Leclercq, qui nous confirme sa joie de jouer au pays, lassé qu'il serait « de boire du thé chez eux ». Entre générique de Manga et BO de jeux vidéo, la vitesse hallucinante du set, la puissance des morceaux qui vous entrent avec une facilité déconcertante dans la tête « Cry Thunder », « Through the fire and Flames », et la bonne humeur communicative du combo qui s'approprie tout l'espace sur scène, tous les éléments sont réunis pour passer un moment revigorant.

Nœud pap' pour l'un, moustache de dandy pour l'autre, barbes taillées au propre et gueule d'ange de Corey Taylor, Stone Sour fait une entrée en matière énergique sur la scène Apollo avec « Gone Sovereign » et « Absolute Zero ». « Bonjour mes amis, c'est magnifique ! » lance le frontman épaté de l'accueil du public, avant de s'excuser en annonçant qu'il a la voix « a little fucked up », ce qui ne l'empêchera pas de donner tout ce qu'il a pour autant. Grosse ambiance tout au long du set, c'est la folie dans le pit où des grappes de slameurs sont gentiment récupérés par la sécurité, patiente. Hyper communicatif avec le public, lorsque Corey demande « I Want to see all of you jumping on this song », c'est en effet un océan impressionnant de festivaliers qui bat le bitume en rythme sur « RU486 ». « Je t'aime, je t'aime, (6 fois), je t'adoooore ma France !» et la France le lui rend bien !

L'arrivée de Epica avec le lyrique et puissant « Karma » est à coller des frissons. Simone Simons, rousse flamboyante au regard et à la voix cristallins, affiche le ventre rond de sa grossesse, qui ne l'empêche pas d'envoyer des headbangs aussi amples qu'à son habitude. La complicité des membres est palpable sur scène, très énergiques, ils assurent le show pour des fans très motivés. Les autres auront préféré se positionner en avance de l'autre côté pour attendre Mustaine et sa Mega-bande.

Setlists – Sonisphere – 9 juin 2013 – 1/2

Ghost:
Intro : Masked Ball (Jocelyn Pook)
1 - Infestissumam
2 - Per Aspera ad Inferi
3 - Con Clavi Con Dio
4 - Stand by Him
5 - Prime Mover
6 - Year Zero
7 - Ritual
8 - Monstrance Clock

Mastodon:
1 - Black Tongue
2 - Crystal Skull
3 - Dry Bone Valley
4 - Thickening
5 - Stargasm
6 - Blasteroid
7 - Crack the Skye
8 - Spectrelight
9 - Iron Tusk
10 - March of the Fire Ants

DragonForce :
1 - Fury of the Storm
2 - Cry Thunder
3 - Operation Ground and Pound
4 - Seasons
5 - Through the Fire and Flames

Stone Sour :
1 - Gone Sovereign
2 - Absolute Zero
3 - Mission Statement
4 - Made of Scars
5 - Do Me a Favor
6 - RU486
7 - Say You'll Haunt Me
8 - Bother
9 - Through Glass
10 - Get Inside
11 - 30/30-150

Epica :
1 - Karma
2 - Monopoly on Truth
3 - Sensorium
4 - Unleashed
5 - Martyr of the Free Word
6 - The Obsessive Devotion
7 - Quietus
8 - Cry for the Moon
9 - Storm the Sorrow
10 - Consign to Oblivion

Photos
© P.Cremin - www.blackstage-photography.com
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.