Soilwork - Divan du Monde - 09/03/2014

Par Finnlord | le 25/03/2014 | Les autres articles sur le Métal

Un concert attendu, qui tourne au Best Of...
Encore une soirée réussie pour Veryshow Productions : Soilwork, Darkane sur scène, c’est la swedish touch à Paris.
Pour le public présent, l’attente de voir Soilwork a été longue. Effectivement, cela fait plus de six ans que le groupe n’a pas foulé le sol de la capitale. Or, le groupe a eu de l’actualité : après Sworn to a great divide sorti en 2007, The Panic Broadcast est paru en 2010 et enfin, en 2013, Soilwork a réalisé le premier double album de l’histoire du death metal mélodique : The Living Infinite.

Darkane ouvre le bal. Lawrence Mackory, au chant, impose par son gabarit et sa prestance. Ouvrir pour Soilwork semble un plaisir pour le groupe. Il faut dire que Klas Ideberg, guitariste de Darkane connaît bien Björn de Soilwork pour avoir officié pendant plusieurs années dans le même groupe Terror 2000. Darkane, référence suédoise en matière de Death-Thrash Metal était attendu. Alors que la salle s’éveille tranquillement, le groupe enchaîne ses titres, grimpant en puissance. Scéniquement le groupe est très bon : le son est propre, les musiciens extrêmement vivaces. Il faut d’ailleurs avoir les yeux éveillés pour pouvoir observer la prestation, très mouvante.
Suite à ce set efficace, Soilwork n’a plus qu’à « cueillir » un public chauffé. Le groupe effectue une setlist de leurs meilleurs titres, enchainant les anciens tubes au milieu des titres du double album en date. Efficace mélange permettant de découvrir ou redécouvrir ce qui a fait les bases du Soilwork style. Les musiciens entrent donc sur l’introduction de « This Momentary Bliss : nous sommes face à un groupe en pleine forme, Björn le chanteur compose entre voix claire et voix saturée avec une facilité aussi déconcertante que sur album. Et le public s’agite, pousse, s’oppresse aux premiers rangs pour accueillir comme il est du le groupe, enfin de retour depuis leur dernière prestation de 2008. Dommage que le clavier ne soit pas un peu plus visible, car il mériterait sa place au premier rang. En un peu plus d’une heure de set Soilwork appose leur style et s’impose comme l’un des leaders de cette scène Death Metal mélodique, à côté des illustres Dark Tranquillity ou At The Gates. Petite cerise sur le gâteau, le groupe finit la prestation avec en rappel, le célèbre titre « Stabbing The Drama ».
Et cette fois ci, plus besoin d’attendre six ans pour leur retour, ils seront au Hellfest cet été.


© P.Cremin - www.blackstage-photography.com
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.