Slash - "iTunes Session EP"

Par Scred | le 31/12/2010 | Les autres articles sur le Hard Rock

Homegrown
Slash en live dans votre salon, ça vous tente ? (Le premier qui dit non a le droit de sortir immédiatement !) C’est en tout cas ce que nous propose cette iTunes Session consacrée au guitar hero le plus emblématique de ces vingt dernières années. Accrochez votre ceinture, on décolle !
Slash - "iTunes Session EP" Petit rappel avant d’entrer dans le vif du sujet, peut-être ne connaissez-vous pas le principe des iTunes Sessions… Il s’agit d’une collection de mini albums enregistrés en studio dans les conditions du live, en une seule prise histoire de capter l’énergie du direct sans pour autant être parasité par le bruit de fond du public. Le résultat est souvent bluffant, en témoigne par exemple celui consacré à Gorillaz paru en octobre dernier et qui aurait bien mérité une chronique d’ailleurs, je faisais quoi à ce moment là moi ? Bref. Précision qui a son importance, comme leur nom l’indique, ces iTunes Sessions ne sont disponibles que sur la plateforme de téléchargement légal d’Apple.

Or donc, Slash. Le guitariste au gibus nous propose six titres couvrant l’intégralité de sa carrière, en commençant par « Back from Cali » tiré de son dernier album solo, toujours épaulé par Myles Kennedy (Alter Bridge) qui démontre une fois de plus toute l’étendue de son talent. Le son est impressionnant, la guitare du maître est mordante et rageuse et on s’empresse d’oublier la version originale pour se promettre de n’écouter désormais que celle-ci…

Il faut se souvenir d’une chose à propos de Myles Kennedy, lorsque Robert Plant annonça que, non, finalement Led Zeppelin c’était fini pour lui, des rumeurs avaient circulé autour du chanteur d’Alter Bridge, le plaçant derrière le micro pour une hypothétique résurrection du dirigeable. Et à l’écoute du « Communication Breakdown » qui explose dans mes enceintes au moment où j’écris ces lignes, je me dis que ce n’était pas une mauvaise idée, mais alors pas une mauvaise idée du tout ! Il faut du coffre et de la justesse pour ne pas être ridicule dans cet exercice et Kennedy possède les deux, sans le moindre doute.

On enchaîne avec la sublime ballade de Velvet Revolver « Fall to Pieces », parfaitement rendue dans toute son intensité par un groupe décidément heureux de jouer ensemble, et cela s’entend. Slash se fend d’un de ses solos mythiques, confortablement calé sur le bas du manche et on l’imagine aisément avec sa Les Paul à la verticale en train de prendre son peton avant de passer la vitesse supérieure sur le « Rocket Queen » de Guns n’ Roses et là…

Là, on se rend compte que définitivement, sans le moindre doute, Axl Rose était une chèvre ! Il est de bon ton de brûler ses idoles adolescentes et ce coup-ci, c’est moi qui gratte la première allumette… Il suffit d’écouter l’aisance avec laquelle le groupe s’approprie cette chanson pour se mettre à rêver d’une version d’ « Appetite for Destruction » entièrement réenregistrée par Slash et ses nouveaux camarades de jeu ! Sacrilège ? Rien à foutre !

L’album s’achève par « Starlight », power ballad tiré du dernier album de Slash et surtout par le « Sucker Train Blues » de Velvet Revolver qui fait désormais partie intégrante du répertoire de scène de l’ex-gunner et qui s’en plaindrait ? C’est direct et efficace comme une rasade de Jack Daniel’s alors cul sec ! Seul petit regret, tant qu’on y était à remuer de vieux souvenirs, j’aurais adoré un petit extrait du « Slash’s Snakepit », du genre « Dime Store Rock » ou même « Soma City Ward » mais bon…

Le iTunes Session de Slash sera disponible le mois prochain en téléchargement sur l’iTunes Store, je ne saurais donc trop vous conseiller d’aller y faire un tour et de vous procurer la merveille tant qu’elle est chaude !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.