Sexion d'assaut

Par Scred | le 02/10/2010 | Les autres articles sur le Hip Hop

Section de blaireaux
Regardez bien cette photo… Ne sont-ils pas mignons, encore au collège à 20 ans passés ? Non, mignons n’est pas le mot que je choisirais. Attardés me semble plus juste. Le groupe de rap français Sexion d’assaut, stars des 10-14ans, s’est récemment illustré dans un registre malheureusement fort banal dans le milieu du hip-hop, à savoir l’homophobie bête et méchante. Comme eux.
Sexion d'assaut L’affaire commence par une interview parue dans International Hip-Hop, où le groupe déclarait crânement : “Pendant un temps, on a beaucoup attaqué les homosexuels parce qu'on est homophobes à cent pour cent et qu'on l'assume. On essaie de ne pas trop insulter certaines catégories de gens qu'on ne comprend pas (sic !) pour ne pas choquer notre public (re-sic !). On ne peut pas se permettre de dire ouvertement que pour nous, le fait d'être homosexuel est une déviance qui n'est pas tolérable”. Ah bon ? Ce n’est pas ce que vous venez de faire les gars ?

Une interdiction d’antenne de NRJ et de Fun Radio plus tard, sans parler de divers annulations de concerts, Sexion d’assaut se voit obligé de faire un semblant de mea culpa, mais on sent que le cœur n’y est pas… Le cerveau non plus d’ailleurs. Je cite le dénommé Lefa, ouvrez les guillemets avec des pincettes : «Je ne connaissais pas le sens du mot homophobe, depuis je suis allé regarder dans le dictionnaire, et je suis choqué par le mot que j'ai employé ». C’est pas faux, employer des mots qu’on ne connait pas, c’est toujours risqué…

Et Lefa d’enfoncer encore un peu plus le clou de la bêtise qui semble le caractériser : « Reste que pour moi qui ai grandi dans cette culture de la rue, l'homosexualité est loin de nos pratiques. On ne la comprend pas. On vient d'un milieu où il n'y en a pas ». Tiens donc…

Personnellement, c’est cette phrase qui me choque le plus. Que des rappeurs illettrés et limités intellectuellement détestent les homosexuels parce qu’ils ont peur de la différence (ou qu’ils refoulent leurs propres penchants), cela se conçoit même si c’est stupide. Par contre, qu’ils rendent la vie impossible aux gays qui vivent dans leur milieu (et il y en a beaucoup) et qui doivent raser les murs pour éviter de se retrouver à l’hôpital, sans parler de ceux qui à force de persécutions finissent par se donner la mort de désespoir, ça c’est insupportable.

D’autant plus que le public de Sexion d’assaut est un public très jeune, fortement influençable et facilement manipulable, ce qui rend l’affaire encore plus grave. Le seul aspect rassurant de cette histoire, c’est que devant la banalité de la musique de ce groupe et l’extrêmement faible espérance de vie de leur carrière, leur message de haine a des chances de ne pas faire long feu.

Il n’en reste pas moins que leur état d’esprit a tendance à se généraliser dans l’indifférence la plus noire ces derniers temps et qu’il faudra plus que les gays décomplexés de Secret Story pour transmettre à la jeunesse l’idée que l’homosexualité n’est pas une maladie.

Allez les enfants, balancez-moi cette musique par la fenêtre, histoire qu’elle retourne dans la rue (et plus précisément dans le caniveau) dont elle est issue et écoutez plutôt les œuvres de Little Richards, des Communards ou encore de Queen, vous y gagnerez plus que largement au change, autant en tolérance qu’en qualité !

Act Up !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.