Scorpions - "Sting in the Tail"

Par Scred | le 16/03/2010 | Les autres articles sur le Hard Rock

Piqure de rappel
En général, le testament d’un groupe (comprenez par là le dernier album de sa carrière) est un disque qui ne se définit pas en tant que tel.
Scorpions - "Sting in the Tail" En effet, lorsqu’un groupe splitte, c’est rarement prévu à l’avance ! Si l’on excepte « Abbey Road » par The Beatles, on a très peu d’exemples d’albums conçus dans le but de dire adieu à son public... C’est pourtant ce que nous propose Scorpions avec « Sting in the Tail », un album qui s’écoute comme un bilan de plus de 35 ans de carrière depuis le premier album des allemands, « Lonesome Crow » paru en 1972.

Surtout connus par le grand public pour des titres comme « Still loving you » qui reste l’un des plus puissants slows de métal de tous les temps ou encore « Wind of Change » qui restera dans l’histoire comme la bande son indispensable de la chute du mur de Berlin et au delà, de la chute du régime communiste imposé par la Russie à toute une partie du monde, Scorpions est avant tout le plus grand groupe de hard rock européen. (l’Angleterre ne fait pas partie de l’Europe, je le rappelle !)

C’est pour faire honneur à cet héritage que Scorpions a décidé pour son baroud d’honneur de laisser de côté les quelques errances des années 2000 (tentatives électro, nu metal, orchestre symphonique) pour revenir aux fondamentaux d’un hard rock seventies période « Virgin Killer » (1976) et eighties ambiance « Love at first sting » (1984). Et comme d’habitude quand un groupe joue la musique qu’il aime plutôt que celle qu’il pense que son public va aimer, ça fonctionne diablement bien...

On retrouve donc du riff vintage à souhait sur « Raised on Rock » ou « Slave Me », des titres qui résonnent plus années 80 sur « Turn you on » ou « Sting in the Tail » et des ballades pleines de réverb dans la batterie comme on aime (« Loreleï », « Sly »). La voix de Klaus Meine est impressionnante de force et de justesse, comme si le temps n’avait pas eu de prise sur lui et que « Rock like a Hurricane » avait été enregistré hier... On se demande même pourquoi les mecs arrêtent le grand bazar tellement on y croit à fond lorsque résonne le refrain de « Spirit of Rock » et qu’on réalise qu’on est en caleçon au milieu du salon avec le poing dressé !

Mais voilà, à la différence de nombreux groupes qui ne savent pas quand tirer leur révérence avant de devenir ridicules sur scène (et sur album), Scorpions a estimé que le moment était venu de rentrer dans la légende et a choisi comme dernier cadeau à ses fans de clore son « Sting in the Tail » par un message d’espoir, « The best is yet to come », véritable hymne qui va faire trembler les stades!

Chapeau bas messieurs, c’est ainsi que meurent les géants, droits dans leurs bottes et sans un regret tant le travail accompli a de quoi rendre fière la vieille Allemagne de ses enfants terribles... Rendez-vous à l’Olympia le 19 mai prochain pour un concert d’adieu qui promet d’être émouvant ainsi que dans ces pages la semaine prochaine pour une interview exclusive du groupe.

The best is yet to come...
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.