Royal Blood – « Royal Blood »

Par Ripley | le 23/09/2014 | Les autres articles sur le Rock

Sang pour sang rock
On l’aura attendu avec impatience et le voilà enfin ! L'album éponyme de Royal Blood tient ses promesses et nous envoie du rock brut de décoffrage : un disque plus que compact !
Royal Blood – « Royal Blood » Le duo de Brighton, composé de Mike Kerr (basse/chant) et Ben Thatcher (batterie), fait déjà beaucoup parler de lui : en tête des charts au Royaume-Uni dès la première semaine, un record des ventes pour un 1er album depuis Noel Gallagher’s High Flying Birds.
Lancés par Warner Music, encensés par le magazine NME ou des artistes tels que Matt Helders des Arctic Monkeys ou Matthew Bellamy de Muse, il n’en fallait pas plus à Royal Blood pour venir conquérir la planète rock !

C’est après un voyage en Australie, où Mike Kerr développa ce son de basse si particulier, que ces deux potes qui faisait de la musique juste pour le plaisir et dans les mariages, se transforma en un groupe soudé et d’une entente musicale parfaite. Et du plaisir, ils en prennent et nous en offrent sur cet album commençant par le morceau qui nous a foutu une bonne grosse claque il y a quelques mois sur leur EP, « Out of The Black » !

Ce qui fait l’unité de cet album est la puissance quasi animale et le taux de phéromones qui s’en dégage. Entre riffs bien saturés et entêtants sur « Ten Tonne Skeleton » et « Loose Change » et mélodies plus lentes et travaillées sur « Careless » ou « You Can Be So Cruel »… la voix lascive et furieuse de Mike Kerr y apporte la touche finale. Leurs influences se situent entre le blues à la Led Zeppelin et le rock plus alternatif. Leur force tient également dans la contrainte de n’être que deux, devenant un atout et augmentant leur créativité pour nous proposer un son sans fioritures et d’une réelle harmonie. Ils précisent d’ailleurs que le choix de ne pas ajouter d’autres instruments sur l’album est important afin de jouer dans les conditions du live, sans tricherie.

Comment ne pas tomber d’extase devant autant d’honnêteté, de simplicité et de talent ?! Le bloc que forment ces deux « petits » anglais parait indestructible et pour les avoir vus cet été à Rock en Seine, je peux vous affirmer qu’ils m’ont fait décoller de bonheur au son des basses !

Ils seront présents pour quelques dates en France du 14 au 16 novembre 2014.
Pour moi, tout simplement la révélation de l’année.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.