Royal Blood - Festival Bring The Noise 2014 - Point Éphémère (Paris) - 18/12/2014

Par Ripley | le 28/12/2014 | Les autres articles sur le Rock

Saigneurs du Stoner
Dernier concert de l’année pour la révélation rock de 2014, de la sueur, du gros son et de la rage pour ce final plus que jouissif !
Ce 18 décembre, j’assistais pour la 3e fois à un live de Royal Blood et je peux sans aucun doute vous affirmer que ce fut le meilleur. L’effet « petite salle » aidant, le duo anglais est de plus en plus à l’aise sur scène.

Ce sont deux groupes français qui nous accueillent, tout d’abord Spark Gap avec un set Stoner bien énergique dans une salle à peine remplie, créneau peu propice oblige. Puis Loading Data débarque avec son savoureux mélange fortement inspiré par Queen of the Stone Age, le groupe a d’ailleurs bénéficié du soutien des ex-membres de QOTSA, notamment Nick Oliveri et Alain Johannes. Mené par la voix grave et suave de Pàtron, chanteur et guitariste, le groupe développe un set à la hauteur de son pedigree. La salle est déjà pleine et le groupe officie dans une ambiance plus que tamisée ce qui leur rend la tâche quelque peu difficile. Malgré tout, cela ne leur empêchera pas de maintenir l'ambiance amorcée par Spark Gap et convaincre un public constitué partiellement de fans, ravi de les voir ou revoir sur scène. Aidé par la présence de Louise Decouflé, bassiste magnétique, le groupe rempli sa mission. C'est après cinquante minutes de show qu'ils quittent la scène le sourire aux lèvres. Il faut admettre qu'ouvrir pour Royal Blood dans le cadre de ce Bring The Noise 2014 est une bien belle occasion de promouvoir leur travail. On aura l'occasion de les revoir sous peu, un nouvel album devrait prochainement être annoncé, une bonne nouvelle !

Le Point Ephémère désormais bondé se chauffe tranquillement en attendant Ben et Mike, l’armée de photographes se prépare à shooter en essayant de se faire une place parmi la foule, et l’équipe de OUI FM nous accueille et nous remercie à coup de lancés de t-shirts et de ballons en forme de bouteille de bière. Le groupe fait son entrée après un bon « Omen » de Prodigy et c’est parti ! Ca envoie direct avec « Come on over » et son riff de début bien reconnaissable. Puis Mike Kerr, avec sa panoplie de onze pédales d’effets devant lui (oui j’ai compté !), nous envoute avec « You can be so cruel » et enchaine avec le single bien relayé sur les radios « Figure it out ». L’ambiance est déjà au top, ça remue de la tête, ça tape la mesure et la température monte vite… Le chanteur n’a jamais été aussi communicatif, il est content de retrouver le public parisien et cela se voit !

Les titres se suivent et le public ne tenant plus commence les pogos sur « Careless ». Un slameur déguisé en vache fait plusieurs passages. Ben Thatcher tape de plus en plus fort sur ses fûts et nous fait même le plaisir de venir faire un slam dans le public aux anges. Mike nous invite à applaudir son talentueux batteur. La prestation est à la hauteur, les morceaux sonnent comme en studio avec la touche « live » en plus et les impros mais le light show est toujours aussi minimaliste (au grand dam des photographes…).Le moment du dernier titre arrive déjà, l’intro d’« Out of the black » résonne pendant que Ben monte sur son tabouret. Le set, qui aura duré un peu moins d’une heure, se termine en apothéose sur ce tube. Le groupe sert des paluches au premier rang et nous laisse heureux et dégoulinant !

Il n’y aura pas de rappel mais format festival oblige… Rendez-vous l’année prochaine le 17 mars à l’Olympia pour assister à un concert complet (et plus long j’espère !), avec qui sait de nouveaux titres ?

Royal Blood n’a pas fini de faire parler de lui et de nous faire vibrer de plaisir, c’est certain.

Setlist
- Come on Over
- You Can Be So Cruel
- Figure It Out
- Better Strangers
- Little Monster
- Blood Hands
- Careless
- Ten Tonne Skeleton
- Loose Change
- Out Of The Black



Photos
©Stephan Birlouez
https://www.flickr.com/photos/stephan75/
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.