Rock Shop : Le Silence de la Rue

Par Scred | le 27/02/2011 | Les autres articles sur le Rock

Un Silence qui fait du bruit
Je me sens d’humeur généreuse aujourd’hui… Ouais, limite inconscient. Pourquoi ? Parce que je m’apprête à vous livrer un secret connu des seuls initiés, un truc qui se transmet uniquement entre mordus de sons rares et de galettes introuvables, une adresse magique qui figurera désormais sur les circuits touristiques de tous ceux qui viendront visiter la capitale ! Le Louvre ? Oublie ! La Tour Eiffel ? Banal ! Les Champs-Elysées ? La prochaine fois ! Car décidément, Paris ne serait plus Paris sans « Le Silence de la Rue ».
Rock Shop : Le Silence de la Rue Pourtant, des disquaires il y en a sur Paname… De moins en moins certes, mais ça se trouve encore, ils n’ont pas tous été croqués par les agitateurs de culture et les vierges mégastorisées ! Seulement, « Le Silence de la Rue » se classe à part dans le panthéon des magasins de disques parisiens. Situé entre Bastille et Nation, en face du Palais de la Femme, ce disquaire d’exception possède un atout déterminant par rapport à ses concurrents puisqu’il est virtuellement impossible d’en ressortir sans avoir fait l’acquisition de quelque chose.

J’ai essayé, à maintes reprises, mais pas moyen ! Et il y a une raison à cela, on y trouve tout… Tout ! Sur votre droite en entrant s’étale le rayon hip-hop et soul où j’ai déniché il y a quelques années un live pirate hallucinant des Beastie Boys ainsi que le mythique « Yeah ! » d’Aretha Franklin.

Tournez la tête sur votre gauche et vous pourrez retrouver la collection complète des coffrets reggae de Trojan Records tandis que sur l’étagère d’en face se trouvent les Cds consacrés au rock vintage, des Beatles à Led Zeppelin en passant par Hendrix… Classique certes, mais faut voir les prix ! Pour vous donner un exemple, les rééditions des albums des Fab Four sont en moyenne 5€ moins cher qu’en grande surface.

Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin… Après un détour par le rayon jazz (et quelques compilations introuvables de John Coltrane), voici les vinyles, 33t et 45t rares de tous les styles avant de passer au rayon reggae jouxtant le rock français, lui même placé à côté du rock indé. Le ton se durcit de plus en plus puisque l’on passe sans transition au punk, puis au hardcore avec un crochet par le rockabilly et le psychobilly ! Vous cherchez le fameux « Inflammable Material » des Stiff Little Fingers ? Il est devant vous (enfin il y était avant que je ne l’achète) !

Si vous levez la tête, des dizaines de T-Shirts habillent les murs ainsi que d’autres goodies diverses (dont cette superbe chemise Motörhead que je n’avais jamais vu autre part), des coffrets collectors, des DVD’s absolument introuvables (l’anthologie live des Ramones en double DVD dans son écrin rose bonbon, ça vous dit quelque chose ?), et j’en passe… Si vous n’avez toujours pas trouvé votre bonheur, pas de problème, des bornes d’écoute sont à votre disposition un peu partout dans la boutique pour choisir un CD ou un vinyle car au Silence de la Rue, on ne fait pas les choses à moitié. Ce n’est pas ce grand rasta qui enchaîne les singles sur sa platine qui viendra me contredire !

Voilà, j’ai mangé le morceau. Au métro Charonne, dans le XIème arrondissement de Paris se trouve la Mecque du collectionneur de musique… Allez donc y faire un tour histoire de vérifier ce que je dis, vous ne serez pas déçus ! Arrangez-vous juste pour ne pas tous y aller en même temps… D’avance merci !

Le Silence de la Rue
39 rue Faidherbe
75011 Paris
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.