Rock and the City en DVD

Par Scred | le 15/09/2009 | Les autres articles sur le Rock

Vis ma ville
La première question qui me vient à l'esprit après avoir visionné cette excellente collection de documentaires chapeautés par Philippe Manoeuvre c'est " qu'est ce que je fous à Paris " ?
Rock and the City en DVD Cinq villes sont passées au tamis de leur influence musicale sur le reste du monde au travers de leurs lieux mythiques et historiques, New York, Berlin, Liverpool, Kingston et Paris, et force est de constater que notre bonne vieille capitale se distingue surtout par son... snobisme !

Quelle tristesse...

Pourtant, chacun de ces films est tout simplement captivant et est proposé avec un CD bonus comprenant des titres représentatifs de chaque ville ainsi qu'un plan stylisé pour s'y retrouver en cas d'envie pressante de dépaysement. Racontée en voix off par mister Manoeœuvre, la ville se dévoile au travers de ses salles de concerts, ses studios d'enregistrements, ses magasins parfois méconnus et ses bars cultes...

C'est mieux que le guide du routard ! Autre bonne idée, le fait de suivre des personnalités locales, musiciens, photographes, écrivains, qui nous présentent leurs endroits fétiches avec leur lot de souvenirs. Quel plaisir de suivre Sean Lennon à New York qui nous fait visiter sa boutique d'instruments de musique favorite, Gudrun Gut qui nous parle du Berlin underground d'avant la chute du mur ou Ken Booth chez lui à Kingston, de découvrir le mythique Studio One ou le Village Vanguard, de voir comment un passionné a restauré le légendaire CBGB's pour le transformer en boutique thématique sans en trahir l'esprit...

Un plaisir contrebalancé par la douleur de voir qu'à Paris, le Golf Drouot est devenu un MacDonald, que la Flèche d'Or va fermer (on en reparlera dans ces pages d'ailleurs), qu'au Gibus des musiciens amateurs au talent incertain se prennent pour les nouveaux Johnny Thunders et que la maison de Gainsbourg tombe en ruines ! Comble de l'horreur, on trouve dans le documentaire parisien un panégyrique de clubs dits " branchés " tels que " Le Baron " ou le " Paris Paris ", des endroits élitistes et snobinards à des kilomètres de tout ce que représente le rock n' roll !

Seul petit rayon de soleil, la délicieuse Sue (bizarrement citée comme chanteuse de Tu Seras Terriblement Gentille plutôt que de Pravda) qui nous emmène à " La Féline ", un bar rock plus que crédible. Mais à part ça, on nage dans le grand bain des poseurs de tout poil, et c'est bien dommage.

En résumé, voilà une série de documentaires très réussis qu'il faut absolument avoir vus (si cela n'a pas déjà été fait lors de leur première diffusion sur Arte), qui donnent envie de voyager, d'écouter d'autres musiques et de marcher dans les traces des plus grands musiciens de ce siècle. Enfin, sauf à Paris...
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.