Pantera - "Far Beyond Driven 20th Anniversary Edition"

Par Scred | le 30/03/2014 | Les autres articles sur le Métal

Brutal Legend
Vingt ans déjà ? La vache… Après la réédition luxueuse de « Cowboys From Hell », celle un peu moins excitante de « Vulgar Display Of Power », Pantera nous offre donc pour la seconde fois « Far Beyond Driven », autoproclamé album le plus heavy ayant jamais débuté sa carrière en tête des charts américains. Ça méritait bien un petit tour dans notre machine à remonter le temps…
Pantera - "Far Beyond Driven 20th Anniversary Edition" Parce que l’année 1994 n’est pas une année comme les autres. Après l’entreprise de ringardisation du métal orchestrée (inconsciemment) par le mouvement Grunge et la mort brutale du petit prince Cobain, le monde allait être pris d’assaut par une nouvelle mode venue d’Angleterre, j’ai nommé la Britpop ! Au milieu de tout cela, Pantera. Droits dans leurs bottes, comme à leur habitude.

Après le succès planétaire de « Vulgar Display Of Power », ils auraient pu mettre de l’eau dans leur Crown Royal histoire d’attirer un public plus large, faire produire leur disque par Bob Rock (suivez mon regard), je sais pas moi, enregistrer une ballade comme tout le monde ! Ben non… Sans aucun support par les radios et haïs par MTV, les mecs nous pondent ce chef d’œuvre de brutalité aux paroles venimeuses qui sera bientôt connu par les fans sous le sobriquet de « Far Beyond ». Et le plus marrant, c’est que ça marche ! Numéro 1 dès sa sortie, comme quoi l’honnêteté ça paye.

Que retenir de « Far Beyond Driven » vingt ans plus tard ? On peut d’ores et déjà affirmer que l’album n’a pas pris une ride et continue d’influencer nombre de groupes… Des titres comme « Slaughtered », « Strength Beyond Strength » ou « Use My Third Arm » n’ont rien perdu de leur puissance de feu hardcore et rendraient fiers pas mal de petits jeunôts !

Et puis il y a les classiques, les machines à tuer du riff made in Dimebag Darrell que sont « Becoming », « 5 Minutes Alone » ou encore « I’m Broken », le boulot incroyable de Rex Brown à la basse qui rend enfin cet instrument utile dans un contexte Thrash (« Throes Of Rejection »), Vinnie Paul qui définit un nouveau standard dans l’art de la double pédale et Phil Anselmo… Phil quoi ! Probablement fait comme un mickey mais quel timbre !

Maintenant, quid de l’édition anniversaire ? Je dois confesser une certaine déception quant à l’objet… Le premier CD comporte l’album original remasterisé, ou pas car franchement on entend pas vraiment de différence (et puis soyons honnête, l’album n’en avait pas besoin), aucun inédit (où est « The Badge » ?), aucune chute de studio, démos comme ils en avaient inclus sur la réédition de « Cowboys From Hell », rien.

Le second CD était plus prometteur, l’intégralité du live de Donington 1994, le fameux Monsters Of Rock qui de l’avis des intéressés faisait partie de leurs meilleures performances, bootleggé à mort à l’époque… Et bien c’est exactement ce que l’on aura entre les mains, un bootleg ! Les mecs en sont d’ailleurs conscients puisqu’ils ont intitulé le truc « Far Beyond Bootleg » ! Pas si éloigné que ça en fin de compte. Le son est plat, lointain, aucune énergie ne s’en dégage et surtout il manque l’essentiel, l’image ! Pourquoi diable n’avoir pas inclus la vidéo ? Mystère. Reste que les versions de "This Love", "Slaughtered" ou "Cowboys..." valent leur pesant de décibels pour peu qu'on pousse le volume...

Espérons que Pantera trouvera plus de pépites à inclure sur les prochaines rééditions, les très sous estimés « The Great Southern Trendkill » et surtout le génial « Reinventing The Steel », deux albums qui ont certainement souffert du succès de leurs aînés mais qui restent pour votre serviteur beaucoup plus intéressants que les grands classiques du groupe. Ceci dit, si un jeune kid tombe par hasard sur cette réédition de « Far Beyond Driven » et qu’il décide d’y investir quelques piécettes, la curiosité piquée par la pochette (qui ne vaut cependant pas l’originale censurée en son temps que je m’amuse à vous reproduire plus haut), il ne sera pas déçu du voyage… Et c’est bien là l’essentiel !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.