Nirvana - Live at Reading

Par Scred | le 10/11/2009 | Les autres articles sur le Rock Indépendant

Teen Spirit
Car c’est bien d’un fantôme qu’il s’agit, un esprit frappeur et bruyant qui revient nous hanter régulièrement...
Nirvana - Live at Reading Que feraient les maisons de disques sans les chanteurs morts, on peut se le demander ! Dans le cas de Nirvana, le problème est un peu différent puisque l’un des plus grands succès du groupe fût un album posthume, le fameux « MTV Unplugged » qui en a fait pleurer plus d’un dans les chaumières et inspiré des générations de guitaristes débutants...

Partant de ce constat et vu le matériel à disposition, on pouvait s’attendre à voir surgir dans les bacs quelques dizaines de live inédits à intervalles réguliers histoire de continuer à entretenir la tombe du nouveau martyr du rock, et pourtant il n’en fût rien... Une compilation de lives enregistrés à divers moments de la carrière du groupe (« From the Muddy Banks of the Wishkah »), un Best Of et un coffret de fort belle facture (même si le contenu pouvait s’avérer un poil décevant), c’est tout ce que les fans ont pu se mettre sous la dent en quinze ans !

Du coup, il était sacrément attendu ce « Live at Reading »(pourtant déjà bootleggé à mort), réputé comme étant le meilleur concert jamais donné par Nirvana alors au sommet de sa popularité, à quelques mois de la sortie de l’album « In Utero » qui, malgré sa grande qualité, sera le premier signe de la descente aux enfers du petit prince de Seattle... Réédité en format CD et DVD (le CD est inclus avec le coffret DVD, voilà une idée qu’elle est bonne !) et doté d’une setlist de rêve, ce concert impressionne pour plein de raisons. Tout d’abord, et c’est ce qui saute aux oreilles immédiatement, la qualité du son. Nirvana en concert, c’était une ode au larsen, un hymne à la dissonnance et cet enregistrement réussit le pari de rendre parfaitement cette ambiance tout en conservant un confort d’écoute digne d’un album studio.

Ensuite, et c’est bien là le plus important, la qualité d’interprêtation des titres est tout simplement scotchante... Malgré la désinvolture affichée de Kurt Cobain derrière le micro, la performance vocale est de tout premier ordre ! C’est pour cette raison que le support DVD est indispensable pour pleinement profiter de la chose. Le petit blondinet est figé sur le devant de la scène, le regard vide , sans la moindre trace d’effort ou d’émotion sur le visage et pourtant, ça envoie... Sur des titres agressifs comme « Aneurysm », « School », « Negative Creep » ou « Love Buzz », le contraste est saisissant. Il y a presque un malaise, souligné par la présence d’un fan unique sur la scène, sorte de pantin désarticulé en guise de décor, qui symbolise parfaitement l’esprit scindé en deux du chanteur. D’un côté un musicien talentueux et de l’autre, un jeune homme qui porte ce talent comme une malédiction et son statut de rock star comme une croix...

C’est d’autant plus évident que Krist Novoselic et Dave Grohl, les autres membres de Nirvana qu’on a trop souvent tendance à oublier, sont quant à eux à fond dans le truc ! Il faut quand même accorder à Cobain un certain sens de la mise en scène, avec son arrivée en blouse blanche affublé d’une perruque dans un fauteuil roulant, sorte de signal d’alarme sur l’image qu’il pouvait avoir de lui même... Que dire d’autre ? Entre moments de grâce infinie (« Polly », « Dumb », « All Apologies ») et déchaînement de décibels (« Stay Away », « Breed », « Blew ») jusqu’à l’apocalyspe ultime et la destruction de la scène sur « Territorial Pissings » (où Dave Grohl fait preuve de ses talents de lancer de cymbale pendant que Cobain offre sa guitare ensanglantée au public), chaque titre de ce live historique vaut le coup d’oreille.

Peut être le testament du grunge, comme Altamont l’était pour le mouvement hippie, Reading restera comme la meilleure épitaphe du groupe de Seattle, son nirvana perso en quelque sorte...
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.