Night Of Thanatos 2 @ Espace Gentiana - Tours -12/10/2013

Par Actumusic | le 17/12/2013 | Les autres articles sur le Métal

October Tours Fest
Dans le Nord de la ville de Tours et au pied de Radio Béton, célèbre radio associative du coin, se déroule pour la deuxième année consécutive, le concert Night Of Thanatos. Initié par l’équipe de l’émission radio Throne Of Thanatos, après avoir accueilli Arcania en tête d’affiche l’an passé, l’organisation propose cette année un plateau tourangeau, suivi d’un plateau nantais. De 19H jusqu’à plus de 2H du matin, cinq groupes fouleront la scène de l’Espace Gentiana : Les Caverneux, Beyond The Styx et Drakwald puis So What ! et Dancefloor Disaster.
Alliant deux scènes locales en pleine expansion, Night Of Thanatos, deuxième du nom, essaie donc de relever un sacré défi !
Les Caverneux, groupe atypique aux sonorités proches du death/grind, ouvre la 2ème édition de la Night Of Thanatos aux alentours de 19H. Malgré la difficile tâche de faire bouger les metalleux de Touraine, le groupe effectue une prestation peu banale et de qualité. Le public local, attendant depuis un an le retour des maitres du comico-metal, assiste à un concert totalement grandiloquent mené par un chanteur alternant entre le costume de Captain America, d’une sorte de Gandalf et pour finir torse nu face au public, présent en masse.
A retenir de la prestation : la FISTINIERE, titre tout à fait révélateur de la poésie proposée par ce combo tourengeau.

Le temps d’un line check doublé de l’annonce d’un SOLD OUT dès 20h30 et Beyond The Styx commence son set. Le groupe, dont l’un des guitaristes, David, fait également partie du groupe Les Caverneux, commence fort sa prestation. Les deux guitaristes envoient des riffs efficaces, construit, bien éloignés du deathcore classique. Les titres s’enchaînent, le chanteur martèle avec des registres de voix bien différents ses cris, finissant sur l’avant dernier-titre par se déchirer lui-même le short dans la fosse, tel un possédé, avant de finir vociférant étendu au sol.
A retenir : une prestation scénique fort convaincante, avec un titre : Call to Swords, qui mériterait d’avoir un public encore plus engagé !

Hop, on enchaîne avec le dernier groupe local de la soirée : Drakwald. Groupe de Pagan Metal local, fort de quelques belles prestations en début d’année 2013, le groupe est venu présenter et défendre "Resist Fatality", leur nouvel album en cours de pressage au moment du concert. Fort est de constater que le public, dans la région tourangelle, les connaît et les attend. Les titres s’enchaînent, avec, malgré les problèmes de son, une alternance entre chanson dansante et chansons guerrières. Prennent forme les premiers wall of death et pit de la soirée. Le public est conquis, le chanteur en redemande !
A retenir : une prestation scénique de qualité, un guitariste moins à l’aise que l’autre, un ensemble convaincant dans son style et une musicalité fort intéressante. Seule femme de la soirée sur scène la claviériste s’en sort très bien parmi ces/ses mâles !

Le groupe So What !, groupe nantais de trash (à l’image du nom choisi), défouraille à tout va en entamant son set avec la fameuse reprise éponyme. D’une qualité indéniable, aussi bien par leur présence que par leur musique, le groupe effectue un set de qualité, sans aucun faux pas… A trois, ils prouvent à l’ensemble des groupes présents ce soir, que le metal peut être efficace avec seulement un batteur, un bassiste et un chanteur/guitariste.
A retenir : La ballade quasi lover/biker !

Malgré l’heure tardive, Dancefloor Disaster, tête d’affiche de la soirée se fait attendre, faisant patienter son public en rigolant des problèmes techniques ! Groupe complètement déjanté, autant éloigné des styles de metal précédents qu’il l’est de la musique de boîte de nuit, Dancefloor est un crossover entre metal et dancefloor music. Bref, de ce mélange, naît des covers : « Lady Gras Gras »/ Lady Gaga, « Gangbang Style » / Gangnam Style… D’une bonne humeur indéniable, toujours à se marrer et à chercher l’auditoire un peu fatigué, le groupe effectue une représentation avec un lightshow assez incroyable quatre boules à facettes, lasers… une vrai fin de soirée dans l’esprit « boîte de nuit metal ».
A retenir : le lightshow, l’humour, les titres qui restent en tête.

3H du matin, le concert touche à sa fin, le public sort assez rapidement, physiquement fatigué, mais aux sourires évoquant leur satisfaction.
Malgré les styles de metal bien différents lors de cette soirée, chacun a, dans la pure tradition de son style musical, permis de conquérir son public et parfois celui des groupes jouant à ses côtés !

A Tours, il va falloir compter à l’avenir sur le dynamisme des groupes locaux !

© P. Cremin - www.blackstage-photography.com
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.