Motocultor Festival 2014 - Jour 1 (suite)

Par Actumusic | le 02/09/2014 | Les autres articles sur le Métal

Report détaillé
Après une première salve ayant pour but de vous donner des nouvelles du Motocultor au moment de l'événement. Voici les live reports détaillés constitués d'une sélection des meilleurs moments musicaux de cette virée bretonne. En ce mois d’août laissé à l'abandon par notre seigneur Râ, dieu du soleil, s'en étant allé passer ses vacances plus à l'Est de l'Europe, d'autres profitaient de l'ambiance solaire bien qu'un brin potache du Motocultor Open Air Festival! C'est parti!

Après quelques sets de mise en bouche avec The Great Old Ones, Temple of Baal, Huata et T.A.N.K. arrive rapidement l’heure de goûter (16h oblige !!!) qui fait place au trash old school des américains de HAVOK. Ayant récemment signé chez le label CENTURY MEDIA ils vont nous proposer un set plein d’énergie durant 45 minutes. Le son est plus que correct et les musiciens s’en donnent à cœur joie avec le sourire comme à leur habitude. Le public est venu en nombre devant la Supositor Stage, preuve de la renommée montante du groupe et l’ambiance est au beau fixe. Les titres s’enchaînent, c’est rapide, carré et ultra efficace. La musique du groupe prend toute son ampleur en live avec un chanteur charismatique (qui ressemble fortement à Jésus !) et ses acolytes qui sont irréprochables tant au niveau de leur présence que de leur jeu. Un excellent moment passé avec HAVOK et on en redemande !!!

La fin de l'après-midi approche comme toujours bien trop vite sur un festival. Les français de DABOBA prennent place sur la DAVE MUSTAGE. Un concert de DAGOBA, c’est l’assurance d’avoir une fosse sens dessus-dessous durant la totalité du set. Tout va y passer : wall of death, circle pit, pogos… Comme à leur habitude, les musiciens bougent dans tous les sens, heureux d’être en Bretagne, joie plus que communicative ! Mention spéciale à Franky, toujours aussi impressionnant, martelant ses fûts avec une précision d’orfèvre. Les ayant déjà vus à plusieurs reprises, ce concert est l’un des meilleurs que j’ai pu voir de la part des Marseillais de plus en plus professionnels. Durant le set, on se rend compte que de plus en plus de festivaliers ressemblent au bonhomme de CETELEM mais en mode boue… la faute au temps pourri de ce vendredi ! DAGOBA finit son concert en remerciant toute l’orga, les bénévoles et surtout le public venu en masse ! Maintenant c’est apéro !

On change de registre avec les mythiques ENTOMBED A.D. Né des cendres d’ENTOMBED, ce groupe est un des pionniers de la scène death metal suédoise. Et honnêtement nous allons assister à l’un des meilleurs concerts du festival malgré un gros problème de son au milieu du set. Le chanteur nous montra tout d’abord sa bedaine avec une buckler (oui oui !) dans les mains pour ensuite hurler dans son micro durant 50 minutes non-stop. Leur prestation du Hellfest 2012 m’avait déjà parue plus que correcte… et pourtant, ils ont réussi à faire mieux !!! Ca joue vite, c’est précis, et ça headbang dans tous les sens. Que demander de plus pour un concert de death metal ?! Ce fut réellement un plaisir d’assister à une telle débauche de testostérone. Un grand moment et vivement la prochaine !!! Un petit conseil n’hésitez pas à aller les voir sur les 3 dates du mois de septembre et début octobre vous ne serez pas déçus !!!

Après une averse bretonne digne de ce nom en guise de bienvenue, la première journée du festival touche à sa fin… laissant place à une soirée comme on les aime ! Le jour baisse, s’éteint doucement, sous un rideau de nuages aux couleurs non moins chatoyantes, quand les Finlandais d’Ensiferum montent sur la grande scène. Après l’intermède décalé d’Andréas et Nicolas ayant laissé une ambiance bon enfant sur le site, place au folk, au viking metal, aux sons des tambours et des cors de chasse. Groupe mythique du genre, les cinq comparses ne faillent pas à leur réputation : les morceaux s’enchainent et c’est avec le plus grand plaisir que les érudits reconnaîtront sans détour dès les premières notes des morceaux d’anthologie tels que Victory song, Blood is the price of glory ou encore One more magic potion. Cependant, loin de tout ésotérisme, cette musique parle à tous, nous plongeant dans l’univers des films fantastiques, dans ces décors de verdure sans fin, l’épée aiguisée au fourreau… chacun se surprendra à battre la mesure du bout du pied ! Voies gutturales, chant clair, solos épiques et riffs lourds… du bon folk nordique sur lequel on s’amuse de voir les plus animés brandir leur corne remplie de houblon à chaque temps fort. Enfin, comment ne pas évoquer une bataille de boue simplement « magique » au niveau de l’avant-scène ? Vous l’aurez compris, en cette première soirée, les espérances sont au rendez-vous : une météo bretonne à souhait, gadoue à gogo, une tête d’affiche qui ne faillit pas à sa réputation… vivement la suite !

Il est minuit en terre bretonne et place désormais à la tête d’affiche de ce vendredi : KREATOR ! Les trasheux allemands ne sont plus à présenter. Plus de 20 ans de carrière, des tubes tels que Pleasure to Kill ou encore Enemy of God. Mille Petrozza, le chanteur charismatique, est en forme ce soir (malgré un débit de parole par moment relativement long…), il nous communique sa bonne humeur et son énergie afin que nous passions un bon moment. Petit bémol : ses 2 comparses sont plus que statiques et l’on voit clairement qu’ils sont là pour faire le job, un point c’est tout. Mis à part cela, le concert se déroule sans problème de son (point à noter, tellement il y en eut durant le week-end), avec une setlist bien choisie composée de leurs meilleurs titres. Mention spéciale à l’intro et un Phantom Antichrist qui mit tout le monde d’accord dès le premier riff. Les musiciens se retirent sous les acclamations des festivaliers. La journée n’est pas terminée avec Malevolent Creation pour la clôturer. Concert auquel je n’ai pas assisté, la fatigue et la bière ayant eu raison de mon pauvre corps…


Par Greg F. et Cam S.
En partenariat avec Throne of Thanatos

Photos
© P.Cremin - www.blackstage-photography.com
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.