Lynyrd Skynyrd – « Last Of A Dyin’ Breed »

Par Scred | le 06/08/2012 | Les autres articles sur le Rock

Bien fait
Un nouvel album de Lynyrd Skynyrd, c’est un peu comme un shot de Whiskey en provenance du Tennessee une semaine après une cuite prise avec ce même breuvage… On sait que c’est bon mais on se demande si l’on n’en est pas un peu écœuré !
Lynyrd Skynyrd – « Last Of A Dyin’ Breed » Il faut dire aussi que le dernier album en date des sudistes au titre aussi caricatural que débile (« God & Guns » - 2009) n’avait pas vraiment donné envie d’y revenir, l’auditeur avisé préférant se repasser en boucle l’indémodable « Pronounced 'lĕh-'nérd 'skin-'nérd » de 1973… Oui mais bon. Après une prestation réellement enthousiasmante au Hellfest où le groupe a fait mieux qu’être simplement fidèle à sa légende, on se dit que, peut-être après tout, tout n’est pas mort du côté de Jacksonville… Et on aurait plutôt raison !

En effet, « Last Of A Dyin’ Breed », même s’il collectionne les clichés avec une décontraction qui fleure bon la nonchalance proverbiale des habitants du Sud des Etats-Unis, est un bon album. Pas un album extraordinaire qui fera date, juste un bon album et ce n’est déjà pas si mal.

Tout l’esprit du groupe est résumé dès le titre d’ouverture qui donne son nom à l’album, un slide nerveux sur une rythmique endiablée et tout est dit ! On remarque immédiatement la présence du nouveau bassiste, un certain Johnny Colt qui n’est autre que le bassiste historique des Black Crowes, excusez du peu.

« One Day At A Time » ralentit le tempo et nous offre un blues aussi lourd que le poids des emmerdements qui pèsent sur les épaules de l’ami Van Zant (qui délivre une prestation sans tache, signalons le au passage), on reste dans le classique avant d’aborder un virage plus moderne avec « Homegrown », un rock moins vintage et du coup, un poil moins intéressant…

« Ready To Fly », tout comme « Something To Live For », font office de ballades obligatoires, où l’on nous parle de tout ce qu’il faut pour faire pleurer dans sa bière du côté de l’Alabama, on a droit à la « mama », au « sky » (qui rime avec « fly » forcément), à la « family and friends » mais bon, les mélodies sont toujours aussi efficaces et on finit par se surprendre à fredonner les refrains…

Soyons sérieux, on s’intéressera avec beaucoup plus d’intérêt au très moite « Mississippi Blood », à ce « Life’s Twisted » qui donne envie de prendre la route avec le soleil dans la visière (sécurité oblige) ou encore à « Start Livin’ Life Again », blues traditionnel à haute teneur en bourbon qui clôt l’album en beauté avec la combinaison parfaite d’une guitare acoustique aussi précise que brillante et d’une superbe performance vocale de la part de Johnny Van Zant. Encore une fois, on a déjà entendu ça cent fois, mais c’est tellement bon quand c’est bien fait…

Voilà, c’est le mot. Le nouvel album de Lynyrd Skynyrd est bien fait et ravira les fans les plus endurcis qui savent bien l’on ne peut guère en demander plus à un groupe qui pleure encore et toujours la moitié de son effectif d’origine… Au moins, avec « Last Of A Dyin’ Breed », on peut pleurer ensemble.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.