Jerry Lee Lewis - "Mean Old Man"

Par Scred | le 27/09/2010 | Les autres articles sur le Rock

Retraite à 75 ans
En voilà un qui ne s’est jamais posé la question de l’âge… Que ce soit lorsqu’il décida d’épouser sa cousine alors âgée de 13 ans ou aujourd’hui quand il nous offre un nouvel album à l’âge de 75 ans ! La retraite ? Connais pas ! Cure de jouvence en 18 leçons…
Jerry Lee Lewis - "Mean Old Man" Dernier survivant du trio de choc des écuries Sun qu’il contribua à populariser avec Elvis Presley et Johnny Cash, le « killer » est donc de retour avec un album étonnant, enregistré avec quelques amis ayant eu également leur heure de gloire, tels que Mick Jagger, Keith Richards, Eric Clapton ou encore Ringo Starr… Le plus drôle dans l’histoire est sans doute le fait que tous ces grands noms du rock devaient être en adoration devant le vieux bonhomme au moment de l’enregistrement !

Jerry Lee Lewis est en effet ce qui se rapproche le plus de la source, du feu originel de ce que l’on a appelé rock n’ roll. Excessif, provocateur, sauvage, il a quasiment inventé le moule dans lequel se sont glissés ses enfants illégitimes, tous sexagénaires aujourd’hui ! Cependant, la légende ne fait pas tout… Au-delà de l’intérêt historique de la chose, il vaut quoi le nouvel album de Jerry Lee ?

Et bien il fait mal, très mal même. Le morceau titre qui ouvre l’album, « Mean Old Man », nous emmène sur les terres de Johnny Cash, avec un son similaire aux derniers enregistrements de l’homme en noir. La voix de Jerry Lee Lewis est sombre et juste, parfaitement accordée à la guitare de Ron Wood qui l’accompagne pour l’occasion, et l’on se dit que le pianiste vétéran va s’accorder une parenthèse country comme il sied à un chanteur américain de son âge.

Erreur grave ! Dès le second titre, « Rockin’ my life away », on replonge sans transition dans les années 50 ! En compagnie de Kid Rock et de Slash, Jerry Lee Lewis retrouve instantanément son timbre narquois et sa reverb légendaire, celle de « Whole lotta shakin’ going on » et de « Great Balls of Fire », comme si le demi-siècle écoulé n’avait jamais existé ! On croirait presque à un vieil enregistrement remixé pour l’occasion mais non, c’est du direct !

Jerry Lee va d’ailleurs récidiver à plusieurs reprises, sur l’immortel « Roll over Beethoven » de Chuck Berry en tandem avec un Ringo Starr très en forme à qui la session a dû rappeler des souvenirs ou encore sur le classique « You can have her » avec la complicité d’Eric Clapton et James Burton.

Sur le reste de l’album, Jerry Lee Lewis va s’amuser à revisiter certains classiques de la country music, du « Sweet Virginia » des Rolling Stones (en duo avec Keith Richards) au « Bad Moon Rising » de Creedence en compagnie de John Fogerty en passant par le fameux « Swinging Doors » avec Merle Haggard (toujours vert lui aussi) sans oublier Willie Nelson venu en voisin boire un coup à la « Whisky River » avec son vieil ami.

« Mean Old Man » n’aurait pu être qu’un anecdotique album de reprises, un de plus, et cependant la verve et l’énergie de Jerry Lee Lewis en ont fait quelque chose d’autre, un magnifique baroud d’honneur qui démontre une fois encore que le rock n’ roll conserve plutôt bien et que l’âge, c’est dans la tête que ça se passe…
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.