Interview Mark Morton (Lamb Of God) - 09/11/11

Par Scred | le 09/01/2012 | Les autres articles sur le Métal

Doux comme un agneau
A quelques semaines de la sortie de « Resolution », le très attendu sixième album studio de Lamb Of God, le bruit circule dans les rédactions que le groupe de Randy Blythe pourrait bien tenir là une petite bombe à retardement !
Interview Mark Morton (Lamb Of God) - 09/11/11 C’est en tous cas l’avis de mon attachée de presse préférée qui ne tarit pas d’éloges sur nos furieux américains, et ce depuis de nombreuses années, ce qui va bien au delà de ses obligations professionnelles… Elle a d’ailleurs été obligée de s’esquiver en quatrième vitesse pour aller dégotter à nos musiciens un pack de bières sans alcool (au temps pour la légende) ainsi qu’un béret basque ! Authentique… Convaincu par tant d’enthousiasme, me voilà donc dégustant un excellent café dans le restaurant d’un grand hôtel parisien, en attendant que Mark Morton, guitariste soliste de Lamb Of God, soit disponible pour répondre à mes questions, en espérant qu’il ne soit pas trop déçu que je ne porte pas une moustache en guidon de vélo et une baguette sous le bras !


Actumusic : Bonjour Mark ! Comment avez-vous préparé l’enregistrement de « Resolution » ?

Mark Morton : Toutes les chansons étaient écrites avant d’entrer en studio, nous avons travaillé de mars à juillet dernier dans notre local de répétition et Will (Adler) et moi avions déjà commencé à écrire des choses depuis un an environ, compilées sur des démos que nous avons présentées au groupe par la suite, c’est comme ça que j’aime travailler. Je le fais aussi lorsque nous sommes en tournée, j’ai toujours mon ordinateur portable avec moi… De plus, à moins de s’appeler Kiss ou Aerosmith, tu as plutôt intérêt à avoir tout de prêt avant d’entrer au studio parce que la location coûte cher ! Par contre, c’est vrai qu’une fois que l’enregistrement est commencé, nous rajoutons souvent des choses, des idées qui surviennent lorsque nous nous retrouvons ensemble…

A : Vous travaillez toujours avec le même producteur ?

M.M : Josh Wilbur, absolument ! Nous étions vraiment satisfait du son de « Wrath » (2009), alors pourquoi changer…

A : Vous êtes répertoriés dans le « Groove Metal », à l’instar des groupes qui vous ont le plus influencés comme Pantera par exemple, pourtant votre musique présente une immense variété d’ambiances. Comment définiriez vous votre style pour quelqu’un de connaissant pas Lamb Of God ?

M.M : Pour quelqu’un ne connaissant absolument pas le rock, je dirais que nous faisons du heavy metal, tout simplement. Pour un fan de métal, je parlerais de diversité en effet, car nous aimons le thrash, nous avons des influences death, punk et même hardcore parfois, c’est ce mélange qui donne le son de Lamb of God. Mais au final, cela reste du heavy metal pour moi !

A : On parle aussi beaucoup de « Southern Metal », un terme que j’ai toujours eu beaucoup de mal à définir… Un coup de main ?

M.M : (rires) Oui, je vois ce que tu veux dire ! En fait, cela vient plus de l’attitude et de l’esthétique générale des groupes qui sont originaires de cette région. Dans notre cas, nous sommes originaires de Virginie, c’est au sud est des Etats Unis… On peut déceler quelques influences du rock typique de ce coin là, des trucs qui viennent du blues, mais c’est vrai que cela reste assez discret dans notre musique. Nos racines se trouvent dans le thrash de la Bay Area, mais bon, peut être que notre look, notre façon de parler, toutes ces choses là amènent les gens à avoir cette image de nous… Ça me va, je suis fier de venir de virginie !

A : Le nom de votre groupe, Lamb Of God a une très forte connotation religieuse, tout comme sa précédente incarnation qui était Burn The Priest, et on retrouve dans certaines de vos chansons une critique virulente de la religion… On en est où aux Etats Unis avec cette question de Dieu en ce moment ?

M.M : En tant qu’êtres humains, on a parfois une réaction violente envers Dieu et on peut être en colère contre lui, c’est très naturel en fait… Pour moi, la religion est quelque chose de très personnel, cela concerne chaque individu et c’est comme cela que je le gère depuis toujours. Je ne veux surtout pas imposer mes opinions aux autres, et surtout pas aux fans.

A : Vous avez déclaré que vous considériez Lamb Of God comme un groupe punk jouant du heavy metal, si vous deviez faire un album de reprises punk, que pourrait-on trouver dessus ?

M.M : Les Bad Brains, définitivement, et du Jesus Lizard aussi ! Mais c’est vrai qu’au début de notre carrière, nous étions jeunes, beaucoup plus crados et on se foutait un peu de tout, nous avions cette attitude que tu pourrais appeler punk. Aujourd’hui, on focalise beaucoup plus sur la musique, être précis, assurer et ce côté punk a peu à peu disparu… Tu peux retrouver ces racines dans des chansons comme « Cheated » sur « Resolution » et je suis toujours un grand fan de punk depuis les Sex Pistols jusqu’à des groupes plus récents, mais je ne voudrais pas insulter de vrais groupes punk en disant que Lamb Of God en est un !

A : Très souvent, des musiciens jouant dans des groupes de métal extrême ont des goûts musicaux assez surprenants, presque contre nature… As-tu un groupe fétiche inavouable ?

M.M : (rires) Pas vraiment ! Sauf si tu considères qu’écouter ZZ Top est honteux ! Mon groupe favori reste Led Zeppelin et mon guitariste préféré est Jimmy Page, assez classique en somme… J’adore le blues anglais également mais rien de très inavouable au final !

A : Vous avez récemment collaboré avec l’un des meilleurs groupes de métal français, Gojira, comment s’est faite la connexion et avez vous des projets en commun ?

M.M : Oui, en fait c’est Randy qui a participé à un de leurs morceaux sur l’album en soutiens à l’association « Sea Shepherd », c’est des mecs vraiment cools… C’est Chris (Adler), notre batteur qui m’a fait écouter leur musique la première fois et j’ai trouvé ça génial, du coup on leur a demandé de tourner avec nous et c’est comme ça que l’on est devenus potes. Par contre, il n’y a pas d’autres projets ensemble en vue pour le moment…

A : L’été prochain, vous faites votre grand retour au Hellfest, qu’est-ce qui s’est mal passé la dernière fois ?

M.M :Le générateur avait prit feu à cause de la pluie et on n’a pas pu envoyer de courant sur la scène ! Nous étions vraiment dégoutés parce qu’on était prêts à y aller, malgré le déluge… Du coup, cette fois-ci on va tout donner, d’autant plus que nous serons mieux placés à l’affiche que la dernière fois !

A : Il y a un bruit qui circule sur un projet alternatif entre Dez Fafara de DevilDriver et vous, c’est quoi cette histoire ?

M.M : C’est la faute d’internet ! (rires) En fait, Dez et moi on est très amis et on jamme souvent ensemble. Un jour, on en a parlé sur Twitter et un mec a repris le truc pour écrire un article sur Blabbermouth… En réalité, il n’y a rien ! Juste deux potes qui trainent ensemble et font de la musique ! Mais aujourd’hui, tu ne peux rien dire en ligne sans que cela fasse le tour du monde…
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.