Interview Kyle Pavone et David Stephens (We Came As Romans) - Hellfest 2014

Par Manu Le Barbu | le 23/10/2014 | Les autres articles sur le Métal

Nous avons rencontré David Stephens et Kyle Pavone de We came as Romans au Hellfest 2014 le samedi en fin d’après-midi après leur show…
Interview Kyle Pavone et David Stephens (We Came As Romans) - Hellfest 2014 Actumusic : Salut les gars ! Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas forcément ? Et nous expliquer votre répartition de rôles ?
David : Je suis David, vocaliste. Nous avons sorti un nouvel album et mon style vocal évolue. Mais je suis toujours dans un style très différent de celui Kyle, qui a un chant très clair. Mon truc, c’est plus le chant crié même si depuis le dernier album, j’assure des chants plus clairs.
Kyle : Je suis Kyle, je m’occupe du chant clair. J’assure de nombreuses parties vocales. La répartition des rôles est assez simple. Le plus souvent, le chant clean, c’est moi, les cris, c’est Dave ! Même si Dave a également un chant clair tout à fait convenable.

Actumusic : votre show a attiré du monde. Vous avez aimé le public français ?
David : Yes, Fantastique. On adore le public français qui a l’air d’aimer notre musique. Il y avait plus de monde quand on a fini le concert que quand on l’a commencé.
Kyle : le public a bien interagi avec nous. Le public français et européen semble vraiment apprécier notre style.

Actumusic : de nombreux groupes américains que nous rencontrons trouvent que le public européen est plus passif. Qu’en pensez-vous ?
David : le problème, c’est que la plupart des gens parlent moins bien anglais qu’aux US. Donc on doit parler un peu plus lentement et faire attention au vocabulaire.
Kyle : il n’y a vraiment pas de soucis avec le public européen. C’est juste à nous de nous adapter. Mais visiblement, ça le fait bien. Cet après-midi, c’était bien top. On a parlé au public en anglais et tout s’est passé comme prévu. On utilise les mains, on saute. Et puis, sauter en faisant des mouvements de mains de haut en bas, ça permet à tout le monde comprendre que c’est le moment de se bouger les fesses !

Actumusic : c’est votre première participation au Hellfest. Que pensez-vous du festival ?
David : c’est top ! Il y a énormément de monde. Bon, c’est normal vu que c’est une des plus grands festivals d’Europe et que le Metal est un genre musical qui a du succès ici !
Kyle : ouaip, très bon festival visiblement. D’un autre côté, on n’a pas vu grand-chose. Ce matin, on était encore en Allemagne et on a eu quelques soucis un peu stressants qui font qu’on était pas trop dans le trip de découvrir le fest.

Actumusic : vous avez dit quand vous étiez sur scène que vous aviez perdu une partie de votre matos à l’aéroport. Vous avez des nouvelles ?
David : on a perdu notre matos. Mais c’est qu’une des galères de la journée ! On a une des journées les plus stressantes que j’ai connue ! Ce matin au réveil, un de nos roadies guitares m’annoncé qu’il venait à l’aéroport mais pour repartir aux US et qu’il ne finissait pas la tournée avec nous. Et après, la compagnie aérienne a perdu la moitié de notre matos. Bon bref, heureusement que le show est le seul truc qui s’est déroulé normalement aujourd’hui, c’est le concert. Sinon je me tirais une balle !

Actumusic : tu as aussi l’air un peu malade. Tu as pris froid pendant le show ?
David : Nope, je vais bien même si je n’ai dormi que 3 ou 4 heures cette nuit. Le seul soucis ici, c’est la poussière. Il y a beaucoup de poussière, surtout avec le bon gros circle pit dont nous a gratifié le public !

Actumusic : vous avez joué 125 concerts l’année dernière. Ce qui est énorme. Comment trouvez-vous l’énergie ?
Kyle : C’est la parfaite question pour aujourd’hui. On a pas dormi la nuit dernière et rencontre toutes les merdes du monde. C’est clair qu’il en faut de l’énergie !
David : c’est vrai qu’on est très actifs. On mérite le MVP du groupe qui tourne le plus ! On porte toute l’équipe sur nos épaules et en plus, on monte sur scène pour délivrer des shows plein d’énergie. Surtout que de plus en plus, on joue en première partie avec des shows plus longs et dont le public attend plus. On enchaine les shows, les bus, les avions, les bus, le show suivant etc… On a du mal à dormir. Clairement, c’est dur mais on adore ça sinon on ne serait pas là. Cette tournée est épuisante, mais je ne veux être nulle part ailleurs. Il ne faut pas oublier qu’on a signé pour être là. Difficile de se plaindre !.

Actumusic : dans quel pays préférez-vous pour tourner ?
David : Il n’y a pas longtemps, on était en Australie. Pour une fois, on a eu du temps libre pour découvrir le pays et explorer un peu. Ce pays est génial. Les villes sont cools. Sydney est fantastique. Les fans aussi. Bref, on a adoré.
Kyle : tourner en Amérique est aussi sympa. C’est là qu’on a commencé. On connait les villes. On a des repères, c’est plus simple et on se concentre peut être mieux sur les shows. Mais on aime aussi l’Europe.
David : partout où on va, on est bien accueilli et c’est très agréable de voir que le travail paye.

Actumusic : votre dernier album a près d’un an. Est-il apprécié par les fans ?
David : On a fait un pari avec ce disque. On a clairement pris un risque mais il semble que ça paye. On voulait changer mais on ne savait pas trop comment. On a fait évoluer pas mal de choses, comme le process d’écrire des chansons. Et puis on a travaillé avec un producteur fantastique (NDLR : John Feldmann) qui nous a permis de sortir un excellent disque qui a pas mal de succès aux US et dans le monde en général (rires !).
Kyle : Le succès est même assez incroyable pour nous. C’est clairement notre album qui marche le mieux et j’avoue qu’au début du groupe, je ne pensais pas qu’on puisse atteindre un tel succès.
David : on voit en concert que ce disque marche bien. C’est sur les nouveaux titres que le public est le plus réactif et interagit le plus avec nous. C’est le genre de signe qui ne trompe pas. Du coup, on a intégré 8 titres de Tracing Back Roots dans la set list de la tournée alors qu’il y a 11 titres sur l’album ! On ne les joue pas tous tous les soirs mais c’est déjà un signe que cet album est un truc fondateur pour nous. Et puis, sa courbe des ventes est juste hallucinante et on ne s’en plaint pas.
Kyle : comme on est un groupe assez jeune, on a pas 15 titres issus de vieux albums que les fans veulent nous voir jouer à chaque show. Donc on peut faire un peu ce qu’on veut et intégrer des nouveaux titres sans que tout le monde nous demande de rembourser les billets !

Actumusic : vous tournez énormément, comment préparez-vous votre prochain album ?
Kyle : après ce festival, il nous restera 10 concerts. 10 concerts d’ici le 5 juillet et après, on se repose chez nous et on en profite pour travailler sur le prochain album. Mi août, on y retourne avec un rythme de folie : les US, le UK, le Japon, et c’est reparti ! Donc il faut qu’on profite de notre moi à la maison pour se reposer et pour bosser.
David : oui, il faut qu’on recharge les batteries ! Après, on enregistrera le prochain album l’année prochaine, donc on a encore un peu le temps. On ne va pas faire les choses à la va-vite.

Actumusic : pourquoi avez-vous choisi We Came As Romans comme nom ? Tout le monde doit vous poser la question mais on n’a pas trouvé la réponse sur le web !
David : c’est ok. Pas de soucis. Bon, en fait, on a nommé le groupe quand on avait 16/17 ans. On a entendu cette expression et on s’est dit : « ça ferait un nom de groupe bien cool ! » et on a baptisé le groupe comme ça. Après quand tu es connu, tu ne peux plus changé et puis, on nous connait sous ce nom-là. Après, cela ne signifie pas grand-chose. Ce qui est important, c’est la
musique, les concerts, la réaction des fans…

Actumusic : comment êtes-vous rentrés en contact avec Paul Romano qui réalise vos artworks ?
Dave : d’abord, nous sommes de grands fans de son travail. On a réfléchi et on a décidé qu’on voulait travailler avec lui. On l’a contacté via Andy, notre bassiste. On a bien boss é avec lui. On lui a expliqué les concepts et il a apporté beaucoup d’idées et réalisé des œuvres qu’on adore et que nous sommes fiers d’associer au groupe.

Actumusic : pendant le show, vous avez cité Hatebreed et Avenged Sevenfold parmi les groupes présents au Hellfest. Ces groupes vous ont-ils influencé ?
David : j’aime bien Hatebreed. Mais chacun d’entre nous écoute des styles différents. Nous sommes très éclectiques. Andy aime le Heavy Metal, Eric aime le Black Metal, Lou, c’est un hippie, moi, c’est plus le Hardcore, certains écoutent même de la dance… Donc nous n’avons pas un style de prédilection qui nous influence mais pas mal de sources d’inspiration.

Actumusic : dernière question, où allez-vous demain ?
David : on retourne en Allemagne pour le Southside Festival. Après demain, on part plus à l’est. Ensuite, on joue en Hongrie. On joue tous les jours jusqu’à mercredi et on aura 2 jours de repos.

Actumusic : bon courage, bon repos en juillet et à bientôt en France !


Photo - Hellfest 2014
© P.Cremin - www.blackstage-photography.com
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.