Ian Frazer Kilmister « Lemmy » 1945-2015

Par Scred | le 29/12/2015 | Les autres articles sur le Hard Rock

Born To Praise Hell
Ce matin, au réveil, j’ai reçu cet email. J’ai pas pleuré. Mais à la place de mon café, j’ai ouvert une bière.
« Pas facile à dire... comme l'écrit ci-dessous Ute Kromey, avec qui je bosse sur Motörhead depuis 1999... moi je vais me mettre "No Sleep 'til Hammersmith" à fond... »
Ian Frazer Kilmister « Lemmy » 1945-2015 Avant de vous résumer le reste, laissez-moi vous parler de mes correspondants. L’auteur en est Olivier G., grand manitou de la promo de groupes et des relations publiques en France et Ute Kromrey dont il parle est la responsable promo de Motörhead, entre autres. Voici ce qu’elle nous dit.

« Pas facile à dire… Notre magnifique, noble ami Lemmy nous a quitté aujourd’hui après une courte bataille contre un cancer extrêmement agressif. Il avait appris sa maladie le 26 décembre, chez lui, en famille, assis en face de son jeu vidéo favori qu’il avait déménagé du bar The Rainbow récemment.
Impossible de décrire notre choc et notre tristesse, il n’y a pas de mots.

On vous en dira plus dans les jours qui suivent, mais pour le moment, s’il vous plait… Jouez Motörhead fort, jouez la musique de Lemmy FORT !

Buvez un coup, et même plusieurs.

Partagez vos histoires.

Célébrez la VIE que cet homme adorable, incroyable, a célébré si puissamment lui-même ».

Allons-y pour les histoires alors… Vite fait et après j’en décapsule une autre et je vous laisse tranquilles… Je connais Ute depuis juin 2009. À l’époque, avec deux potes, on avait eu l’idée un peu saugrenue de lancer un site web qui parlerait de musique, comme ça, de nulle part, sans connaître personne. Voyant que Motörhead passait par Paris, je fouille sur internet pour trouver un nom, un email, n’importe quoi pour rentrer en contact avec le groupe et je tombe sur l’adresse de Ute.

Je lui envoie un message et à ma grande surprise, elle me répond que pourquoi pas ? Du jour au lendemain, me voici backstage au Zénith de Paris, plus précisément assis sur le bord de la scène pendant que Motörhead fait sa balance. La salle est déserte, le groupe joue « Damage Case » pendant que tout le monde s’affaire autour d’eux, sans prêter attention au fait que, merde, les mecs JOUENT !!! Réaction de puceau, faut me pardonner.

L’interview, c’était avec Mikkey Dee, un gars en or à qui je pense très fort en cette minute pourrie entre toutes. Avant de le cuisiner, petite épiphanie, orgasme rock n’ roll, Lemmy était passé devant moi, me saluant d’un petit « Hey Mate » sympa, suivi d’un parfum léger d’alcool et de tabac froid… C’est ce jour-là que j’ai rencontré le susnommé Olivier G. aussi, ce jour-là qu’Actumusic est vraiment né, grâce à Motörhead, grâce au fait que pour ces mecs, peu importe la taille de ton média, peu importe ton expérience ou les gens que tu connais, si tu as envie, la porte est ouverte.

Du coup, je vous abandonne ici, je vais peut être pleurer un peu maintenant, et finir ce pack de bières en écoutant, au hasard, les albums « Another Perfect Day », « Bastards » et « Rock N’ Roll ».

Ne repose surtout pas en paix Lem’, va leur foutre un boxon monstre là-haut.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.