Hard Rock Calling - Londres- 13/14/15 Juillet 2012

Par Scred | le 19/07/2012 | Les autres articles sur le Rock

Park d'attraction
Comme chaque année depuis 2006, la grande famille du Hard Rock Café s’est réunie au célèbre Hyde Park de Londres pour faire la fête pendant trois jours autour de stars emblématiques, souvent liées pour diverses raisons (la plupart du temps caritatives) avec la chaine de cafés américains. Peut-être le saviez-vous si vous êtes des fidèles de nos pages, votre serviteur use ses semelles chaque jour (ou presque) entre les tables et les guitares de l’enseigne parisienne…
Hard Rock Calling - Londres- 13/14/15 Juillet 2012 C’est donc en tant que serveur que je me suis retrouvé deux jours avant le début des hostilités en plein cœur du parc pour monter le café éphémère qui jouxte la scène et qui fonctionnera quatre jours durant, offrant aux invités VIP’s nourriture et boissons à volonté, sans parler d’animations exclusives dont je vous parlerai d’ici peu. Sacré délire que ce Hard Rock Café All Stars, regroupant les serveurs, barmens, hosts et cuisiniers les plus représentatifs des cafés européens… Sans rentrer dans les détails, qu’il me suffise de dire que pendant quelques jours, le meilleur Hard Rock Café du monde a prit ses quartiers d’été à Londres !

Mais nous sommes là pour parler musique n’est-ce pas ? Depuis quelques années, le festival de Hyde Park est devenu un rendez-vous habituel pour les londoniens, public exigeant qui attend de l’imprévu puisque très souvent, les concerts du Hard Rock Calling sont le théâtre de collaborations inédites et de surprises, et cette fois encore, les festivaliers ne seront pas déçus…

Le premier jour est placé sous le signe du rock énervé, avec en tête d’affiche Soundgarden et en guise de mise en bouche les excellents Black Stone Cherry sur la Main Stage, alors que les Mars Volta enflammeront la scène sponsorisée par un célèbre fabriquant de boissons sucrées… Je n’ai pas pu assister à la prestation du groupe d’Omar Rodriguez Lopez, mais un témoin m’a décrit une ambiance d’apocalypse où le chanteur s’est amusé à faire faire du crowd surfing à une barrière de sécurité !

Black Stone Cherry restent fidèles à eux-mêmes, énergiques, à la fois rock et soul en diable et compenseront la courte durée de leur set sur la grande scène par une incroyable prestation acoustique dans le carré VIP où ils nous offrirent des versions passionnées de « Like I Roll », « In My Blood » ainsi qu’une reprise du « Folsom Prison Blues » de Johnny Cash.

C’est sous une pluie digne du déluge que Chris Cornell et ses acolytes prennent possession des lieux et alignent une prestation sans la moindre faute de goût, enchaînant les hymnes du groupe (« Black Hole Sun », « Superunknown », « Drawing Flies ») et finissant par les inévitables « Rusty Cage » et « Slaves & Bulldozers ». L’ami Cornell est impressionnant de charisme, d’autant plus que le bonhomme n’a pas changé d’un poil depuis vingt ans, tant physiquement que vocalement ! C’est d’ailleurs l’avis de Jimmy Page, venu assister au concert en connaisseur…

Deuxième jour, samedi, affluence maximum dans Hyde Park (80 000 personnes) pour venir applaudir le Boss, Bruce Springsteen précédé sur scène par John Fogerty (Creedence Clearwater Revival), Tom Morello (Rage Against The Machine) et Hey Monea !, les vainqueurs du tremplin mondial organisé par Hard Rock Café, le Hard Rock Rising… Pas mal, sans plus, mais il faut saluer l’assurance des mecs devant un public aussi nombreux venu en masse dès le matin pour être certains d’avoir une place de choix.

Beaucoup mieux en tous cas que la prestation désastreuse de Tom Morello… Comment le furieux guitariste de RATM a pu avoir l’idée saugrenue de se lancer dans le folk dylanien à tendance pré adolescente ? Mystère… Toujours est-il que le résultat est calamiteux. Le mec chante mal, les textes semblent tirés du journal intime d’un teenager en pleine crise, circulez, y’a rien à voir ! Rien à voir avec John Fogerty qui, malgré une teinture noir corbeau à faire pâlir d’envie notre nouveau Président de la République, impose sa présence dès les premières notes de « Hey Tonight ».

Nous remontons le temps et Londres se souvient de ses années folles avec des titres comme « Lodi », « Born On The Bayou », un « Have You Ever Seen The Rain ? » de circonstance (il pleut encore et toujours), « Bad Moon Rising », « Fortunate Song » et bien sûr « Proud Mary »… La voix de Fogerty n’a pas changée, toujours puissance et chaleureuse comme un shot de Tennessee whiskey et se marie admirablement avec celle de Springsteen qui décide de venir faire une petite apparition impromptue sur « Rockin’ All Over The World » !

Il est comme ça le Boss… Intenable dès que son public le réclame ! Et le public va être servi… Commençant son set par une version incroyable de « Thunder Road » reprise en chœur par le parc dans son entier, il va aligner trois heures et demi de concert avec en point d’orgue l’arrivée de Sir Paul McCartney avec qui il interprètera « I Saw Her Standing There » et une version à rallonge de « Twist And Shout », interrompue par la municipalité qui s’est vue obligée de couper le courant ! Unique et historique, shocking !

Du coup, le dimanche avait des allures de gueule de bois et fût dédiée au folk avec une découverte dont nous reparleront très vite j’en suis certain, mademoiselle Karima Francis… Sorte de fille illégitime de Tracy Chapman et de Slash (pour la coupe de cheveux), cette fille possède le pouvoir de vous faire arrêter ce que vous êtes en train de faire, hypnotisant l’auditeur par sa voix grave et chargée de soul… Affaire à suivre !

Mais la star de la journée, c’était bien Paul Simon. Le taciturne New Yorkais avait mis les petits plats dans les grands avec sa tournée Graceland, rejouant l’intégralité de son album mythique à l’occasion du 25ème anniversaire de sa sortie en compagnie de Lady Blacksmith Mambazo, le groupe de chanteurs sud-africains avec qui il avait enregistré à l’époque. Et puis, parce que pourquoi pas hein, on est à Hyde Park, Jimmy Cliff est venu faire un tour de piste sur « The Harder They Come », « Many Rivers To Cross », « Vietnam » et surtout « Mother And Child Reunion » !

Après l’intensité du concert de Springsteen la veille, il est vrai que l’ambiance retombe un peu mais bon, on ne va pas bouder notre plaisir et entendre le Park chanter à l’unisson « The Sound Of Silence », « The Boxer » ou encore « Still Crazy After All These Years » a de quoi vous réconcilier avec la vie pas vrai ? C’est d’ailleurs sur ce titre que Paul Simon clôturera son set et le festival qui a encore réservé au public anglais pas mal de surprises et suscité un engouement qui lui permettra de revenir encore plus fort l’an prochain, n’en doutons pas !

    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.