Halestorm - Trabendo - 30/04/2014

Par Peg | le 30/05/2014 | Les autres articles sur le Hard Rock

La plus féline des tempêtes...
Cette soirée a été ardemment attendue par le public venu applaudir la fratrie Hale et ses acolytes. Les fans du groupe se sont déplacés en masse et auront d’ailleurs rempli la salle à ras bord. Car ce soir le Trabendo était estampillé « SOLD OUT » ! Un phénomène que peu de jeunes groupes ont la chance de pouvoir réaliser et qui pourtant est devenu le fer de lance de l’industrie musicale ces dernières années, les ventes de disques n’étant pas à leur beau fixe.
Le groupe est venu accompagné d’un plateau plutôt éclectique et finalement musicalement fort peu en lien avec la tête d’affiche. Mais qu’importe, l’idée de baigner dans des sonorités variées est toujours la bienvenue. Les formations moins médiatisées s’avérant parfois être des perles rares, il faut aussi savoir y être attentif.

Les « perles » n’étaient malheureusement pas au rendez-vous ce soir avec les Smoking Hearts bien que l’accueil du public fut plutôt positif face à une formation chargée d’énergie et visiblement ravie d’être là. Le frontman exprime son excitation, développant son contact avec l’auditoire, allant à sa rencontre, ce qui ne sera malheureusement pas le cas de leur successeur ce soir-là sur scène : Dayshell. Ces derniers n’arriveront pas à égaler la première prestation et refroidiront la salle plutôt de contribuer à l’embraser comme il se doit.

Le hors-d’œuvre n’aura eu aucune incidence sur la qualité de l’accueil d’Halestorm qui déchaîne les foules avec une entrée en matière propulsée au son de l’excellent titre « I Miss the Misery » suivi illico de « Love Bites (So Do I) » tirés tous deux du dernier album « The Strange Case of… » dernier opus sorti en 2012. La fatigue évidente de chaque membre du combo se fait sentir. Il faut dire qu’il s’agit-là du set de clôture d’une tournée européenne d’une vingtaine de dates en un mois. Malgré cela, bien que la température de la salle soit élevée et leur impose un handicap supplémentaire évident, la sueur ruisselant sur le visage de nos quatre acolytes ne freinera pas le groupe qui enchaînera 1h30 de set avec une énergie décapante. Lzzy Hale assume avec brio son statut de frontwoman et de sex symbol de la scène Hard Rock internationale. La belle fait monter plus encore la température dans l’enclot qui sert de fosse au Trabendo par sa seule présence féline, les bas à jarretières apparents et bien évidemment son talent en prime. La bonne humeur du groupe déteint sur le public qui tout au long du set progresse proportionnellement à ce que lui offre le groupe sur scène. Arejay Hale, membre fondateur et frère de Lzzy y contribue nettement au moyen de quelques fantaisies telles que de jouer les yeux bandés ou encore mains nues, inattendu !

Parmi une setlist constituée de morceaux du groupe tels que « Mz. Hyde » ou encore « Here's to Us » qui clôturera le set, on notera les reprises de groupes tels que Fleetwood Mac avec «Gold Dust Woman », Judas Priest avec « Dissident Agressor », Dio avec « Straight Through the Heart » ou encore plus étonnant car loin du registre du groupe (mais bien connu du fait du buzz qu’il avait fait sur le Web) Daft Punk avec son célèbre « Get Lucky ». Une réussite d’ailleurs, soit dit en passant…

Une soirée étonnante et plus que conviviale à renouveler dès leur prochaine tournée pour laquelle ils viendront cette fois défendre leur 3ème album tant attendu par leurs fans!
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.