Girlschool - "Hit and Run (Revisited)"

Par Scred | le 09/09/2011 | Les autres articles sur le Hard Rock

Boulevard de la mort
La mode des albums réenregistrés a ceci d’intéressant qu’elle pousse de nombreux groupes à poser un regard lucide sur leurs débuts de carrière et à mettre le paquet pour justifier l’opportunité de retourner en studio plutôt que de simplement refiler le bébé aux ingénieurs spécialistes des remasterisations en tous genres. Ainsi, pour fêter les trente ans d’existence de « Hit and Run » (1981), Girlschool a décidé de remettre le couvert malgré l’absence lourde de conséquences de la regrettée Kelly Johnson, décédée en 2007, et de donner une seconde vie à l’album qui fit sortir les filles de l’ombre du grand frère Motörhead.
Girlschool - "Hit and Run (Revisited)" C’est donc Kim McAuliffe qui se charge de toutes les parties vocales de l’album, avec toute la hargne et la fougue qu’on lui connaît, pour un résultat plus que convainquant ! « Hit and Run » était un brûlot hard punk à l’époque, il le reste aujourd’hui avec une production plus moderne, mettant en valeur d’une manière évidente la section rythmique du groupe, guitares et batterie explosant dans les enceintes comme jamais.

D’aucun diront que l’on y perd beaucoup du charme de l’original, ce son brut et caractéristique du punk du début des années 80 avec beaucoup de reverb et de sécheresse dans l’exécution mais bon, après tout qu’est ce qu’il y connaît, d’aucun, et puis d’abord, c’est quoi ce prénom ridicule ?
« Hit and Run » version 2011 est beaucoup plus gras que son aîné, et pas forcément moins crade. Des titres franchement punk comme « C’Mon let’s go », « (I’m your )Victim » et « Yeah Right» ont conservé toute leur énergie juvénile héritée des Ramones alors que les morceaux bien hard tels que « The Hunter », « Hit and Run » ou encore « Back to Start» ont gagné en intensité, en profondeur, et assument plus que jamais leur parenté avec la musique du groupe de Lemmy Kilmister.

Et puis il y a les petites gâteries, la fameuse reprise du « Tush » de ZZ Top qui, pour le coup, se rapproche davantage de l’idée que s’en font les barbus texans lorsqu’ils la jouent sur scène aujourd’hui, la version réactualisée de « Demolition Boys » (tirée du premier album des demoiselles) et un « Hit and Run » supplémentaire chantée avec la divine Doro qui, décidément, semble bien décidée à refaire parler d’elle, ce qui est loin de nous déplaire.

Au final, c’est une belle initiative qu’ont prise les filles de Girlschool en réenregistrant cet album pour en célébrer l’anniversaire, plutôt que de nous offrir un « Remastered » augmenté de faces B ou de lives comme c’est si souvent le cas… C’est plus original et sacrément rafraîchissant de redécouvrir ces titres dans leurs habits neufs, sans parler du fait que cela nous permet de constater que Girlschool est loin d’en avoir fini avec nos tympans.

Pas besoin d’être féministe pour le comprendre et l’apprécier… D’ailleurs elles ne le sont pas, féministes, les Girlschool. Juste une bande de rockeuses pas pressées de quitter l’école, et c’est tant mieux !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.