Gina Simmons and the Nobodies - "Uncaged"

Par Scred | le 02/12/2009 | Les autres articles sur le Rock

Plaisir Animal
Le rock a de nombreuses facettes, du groupe super-star qui remplit les stades aux petites formations confidentielles qui écument les scènes plus modestes et vous ne m’ôterez pas de l’idée que c’est plutôt ces dernières qui font que la bête remue encore...
Gina Simmons and the Nobodies - "Uncaged" Et si je parle de bête cela n’a rien d’innocent, d’ailleurs la notion d’innocence colle assez mal avec Gina Simmons et son gang de luxembourgeois agités du bocal. En effet, la miss mélange habilement une sensualité débridée à côté de laquelle Lita Ford passerait pour une bonne soeur et un engagement viscéral en faveur de la défense de la cause animale.

Curieuse association qui pourtant fonctionne à plein régime sur ce premier mini-album intitulé « Uncaged » composé de huit titres réjouissants et punks à souhait ! Car si le propos est élevé, la musique, elle, est brute de décoffrage et s’amuse à faire sonner les fameux trois accords traditionnels qui décidément ne se démodent pas... Alors bien sûr, la production flirte assez régulièrement avec la ligne jaune, c’est tout le charme des disques « faits à la maison » mais derrière un son assez rugueux se cachent pourtant quelques mélodies accrocheuses, dont le titre « Romantique » enfin en version rock (la chanson existait déjà en version disco qui balançait nettement moins malgré des paroles toujours aussi suggestives...).

Tout aussi jouissifs, les titres « Doing a runner » ou « Consume » nous renvoient aux grandes heures des Ramones et autres New York Dolls avec une ambiance sixties saturée bien crade quand « Pretty Boy » (petit chef d’oeuvre) et « Stop the Time » explorent les zones d’ombre du punk rock à la sauce Dead Kennedys, références explicites tout autant que les paroles et parfaitement assumées par Gina et ses Nobodies qui n’ont absolument pas l’ambition d’inventer quoi que ce soit mais plutôt de se faire plaisir en paratgeant leur rage avec leur public.

Et en parlant de rage prenez-vous donc ce « Explain » en pleine tronche, un morceau consacré aux horreurs de la vivisection et des tortures animales, aussi indispensable qu’un vaccin mais qui n’empêche pas d’avoir la bave aux lèvres, tout comme « Wishful Thinking (save animals) », un peu plus complexe dans sa forme (comprenez qu’il y a quatre accords au lieu de trois) mais qui sonne foutrement bien et ferait un hymne de manif’ parfait !

En résumé, voilà un bon p’tit disque remuant produit avec les moyens du bord par une bande d’énervés qui n’en sont pas à leur coup d’essai (miss Gina sévit encore à l’occasion sous le nom de Batnat en tant que vestale SM lubrique pour le Maître Gogol Premier tout comme sa choriste Sister Kaleene) qui décrasse les oreilles autant que les idées ! Si vous voulez vous procurer l’objet d’un joli rose fluo sous license Johnny Thunders, je vous engage à contacter le groupe par le biais de leur page Myspace (www.myspace.com/ginasimmonsandthenobodies) et si vous avez encore quelques sous à dépenser, pourquoi ne pas soutenir l’association qui les sponsorise ? (http://saveanimals.lu)

Je sais, ça fait un peu pub gratuite vu comme ça... Tant mieux, c’est pas autre chose !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.