Fall of Summer Festival 2015 - 2/2

Par Actumusic | le 23/10/2015 | Les autres articles sur le Métal

Jour 2


Gueule de bois pour beaucoup et certains n’ont pas non plus dormi, le réveil est dur. Mais n’oublions pas pourquoi nous sommes là...

Temple of Baal: Un peu de Black/Death français en ce samedi avec nos compatriotes de « Temple of Baal » qui ont réussi a faire leur place dans le milieu metal français avec leurs 18 ans de carrière. Et ils envoient encore la sauce les bougres! Ici, pas de corpse paint, on ne fait pas dans la dentelle.

Haemorrhage: Le Grind d’Espagne est là! J’ai trouvé que c’était du grand n’importe quoi, au bon sens du terme. Le guitariste arrive comme dans son habitude en tenue de bloc opératoire, le bassiste en tenue d’infirmier. Le chanteur lui a pris une bonne douche de sang! Il se donne à fond en parcourant toute la scène comme un fou plein d’une énergie incroyable! Il en vient même à brandir dans les airs une jambe coupée... Bref tout était réuni pour passer un bon moment.

Metalucifer: Venant du Japon, c’est la première fois que Metalucifer se produit en France et c’est au Fall of Summer qu’ils vont jouer! Ce groupe est presque de la même famille que Sabbath qui a clôturé le premier jour du festival. En effet ils partagent le même chanteur « Gezol ». Ils ont mis le feu sur la scène de la Blackwaters! Chaque chanson résonne comme un hymne sur le site. Le chanteur est content d’être parmi nous et c’est réciproque! En espérant qu’ils vont bientôt revenir dans notre pays.



Satan : Voici le deuxième groupe de NWOBHM du festival, connu aussi sous le nom de « Blind Fury » jusqu’a la sortie de leur album « Out of Reach » où ils splittent et changent pour le nom de « Satan ». C’est peut être une raison expliquant qu’ils sont passé presque inaperçus en France depuis les années 80 jusqu’à maintenant. Leurs show est très carré, le chanteur Brian Ross maîtrise super bien sa voix super. Satan ne nous sert aucun morceau du nouvel album « Atom by Atom » sorti en 2015 mais uniquement du « Life Sentence » de 2013, « Court in the Act » de 1983 et un extrait de la demo de 1981, à savoir : « Kiss of Death », qui clôturera d’ailleurs leur setlist. Le groupe a été très bien reçu par le public français qui ne manquera pas de leur montrer leur enthousiasme et de reprendre en choeur leurs refrains. C’est un groupe à voir au moins une fois dans sa vie!



Nile: C’est au tour des Américains de faire leur prestation avec leur Death Metal old school inspiré des mythologies égyptiennes et babyloniennes. Je ne suis pas un fan, mais y’a pas à dire, ils savent y faire! Le chanteur/guitariste et le deuxième guitariste restent plutôt statiques mais le bassiste s’en donne à coeur joie. Pour la setlist, ils ont bien réussi échantillonner des anciens albums avec des nouveaux. Et le dernier morceau nous réserve la cerise sur le gâteau puisque les membres de Suffocation se joignent à la partie.



Triptykon: C’est une ambiance sombre et morbide qui est au rendez-vous... Le titre « Procréation » ouvre le bal. Ce n’est autre qu’un cover de Celtic Frost de l’abum « Morbid Tales ». Pas étonnant, étant donné que Thomas Gabriel Fisher est un des membres fondateurs de ce groupe suisse mythique. Le show sera divisé d’ailleurs en deux parties, l’une d’entre elles étant consacrée aux reprises de Celtic Frost.



Tsjuder: Le Black métal norvegien survitaminé! Avec la sortie de leur nouvel album « Antiliv », Tsjuder nous offre un show génialissime. Le son est excellent et le public en redemande. C’est un des groupes que j’attendais de voir avec impatience et je n’ai pas été déçu.



Coroner: Après les avoirs découvert au Hellfest 2011 et avoir pris une énorme baffe dans la tronche, les Suisses reviennent en force pour fouler les terres torcéennes. Le son est puissant et efficace, la guitare tranchante à souhait. Une setlist plutôt bien faite où on retrouve beaucoup d’anciens morceaux. Et surtout « Die by my Hand » chanson que l’on avait pas eue au Hellfest. On regrette cependant un certain immobilisme sur scène. Ça reste toujours très bon à voir.



Abbath (55min): C’est la deuxième fois que le chanteur norvégien Abbath clôture le FOS (la première étant avec son groupe Bömber). Cette fois-ci avec son nouveau groupe au nom très original d’Abbath. Cette nouvelle formation joue principalement des reprises de « Immortal » et de « I ». Ce show était une tuerie! Le son et l’éclairage (attention aux épileptiques) étaient parfaits. Abbath est un vrai showman, entre sa danse du crabe et son numéro de cracheur de feu... Rien n’a changé en ce qui concerne sa performance scénique. On ne peut pas en dire autant pour le bassiste qui fait le guignol... Suite à l’impossibilité du batteur norvégien de se produire au FOS, son remplaçant n’est autre que Kevin Folle, le batteur de Benighted. Difficile de s’en apercevoir étant donné que celui-ci était masqué. On a droit a un titre inédit, « Fenrir Hunts » qui ressemble plus à de l’ancien « Immortal » que du « I ». Abbath a de beaux jours devant lui et une tournée est d’ailleurs déjà prévue en Europe.

Conclusion

Pour ma première fois au Fall of Summer, je ne peux que féliciter les organisateurs. Certes il y a des loupés comme les prix des bières, la nourriture variée mais pauvre en terme de contenu, une longue attente pour acheter des jetons sur le site, un manque flagrant de toilettes (leur implantation est cependant bien pensée), les chemins sablonneux menant à la Blackwaters stage et au merchandising. Mais il y a surtout des points positifs. Le site est vraiment magnifique et se démarque de beaucoup d’autres festivals. Les campings sont petits (j’espère qu’ils le resteront) et proches de l’entrée du site. Les douches y sont gratuites. Le prix des billets est raisonnable, 69 euros pour 2 jours avec une programmation de groupes inédits et de bonnes têtes d’affiches! L’emplacement des scènes permet de les voir toutes deux depuis la butte sans avoir à cavaler. Le son est excellent. Les 4 buvettes suffisent pour la taille du site. Le merch est plutôt varié, même si certains stands proposent des t-shirts que l’on pourrait trouver à Barbès...


    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.