Edito Juillet 2009

Par Scred | le 01/07/2009

Refaites de la musique
Le 21 juin dernier, comme tous les 21 juin depuis que Saint Jack en a décidé ainsi, la fête de la musique a déferlé sur la France comme un car de touristes japonais aux soldes d’Hermès. Et c’est bien, évidemment, pas question de dire le contraire ! Encore que…
Edito Juillet 2009 A l’écoute du groupe de reprises qui massacrait avec application « Born to be wild » sous ma fenêtre on peut se poser la question. Le truc, c’est que la fête de la musique, ça devrait être tous les jours ! Pourquoi se cantonner à une seule date où l’on pourrait pousser le volume à fond ? Mes voisins pourraient vous le dire, en règle générale la musique s’écoute bien lorsqu’elle s’écoute fort !

Et c’est aussi vrai quand on en joue… Le potard du Marshall, c’est toujours au dessus de 6 qu’il doit se trouver et ce pour une raison bien simple, c’est qu’un musicien ne joue jamais pour lui tout seul. Faut pas être égoïste. Alors les enfants, ouvrez vos fenêtres, envoyez la sauce et que la ville résonne de vos improvisations, même pourries ! Tout plutôt que le silence de la rue (excellent disquaire de la rue Faidherbe par ailleurs, ceci est une publicité gratuite). Voilà un principe que les mecs de Spinal Tap avaient bien compris, eux qui avaient inventé le potard de volume à 11 et qui se rappellent à notre bon souvenir avec un nouvel album à la pochette délirante, « Back from the Dead », qui sera chroniqué dans ces pages dans les jours qui viennent.

Et en parlant du retour des morts-vivants, que dire de ces rayonnages vides dans les magasins de disques derrière l’étiquette « Michael Jackson » ? Il paraîtrait qu’il n’était plus à la mode, qu’il était déjà mort depuis longtemps d’après l’un de ses innombrables biographes qui vomissait copieusement son « analyse » sur une célèbre chaine d’information continue le soir de la mort de l’artiste… Et ben tiens. Vous pariez combien que Bambi va se retrouver à un milliard de disques vendus ?

Cela ne serait que justice… D’autant que Sony Music, jamais à court d’une idée rentable, vient de rééditer un coffret comprenant les cinq meilleurs opus du King of Pop (dont l’excellent « Invincible », injustement boudé à sa sortie) à un prix dérisoire pour répondre à la demande.

Curiosité morbide ? Peut-être un peu… J’y vois surtout un besoin de faire revivre l’idole encore un petit peu au travers de sa musique, histoire de dire merde à la fatalité. Et de se déculpabiliser un peu de tout le mal qu’on a pu raconter sur l’homme.

Et à propos de ça, la nouvelle vient de tomber, le petit Jordan Chandler (le gamin qui l’avait accusé de pédophilie) vient d’avouer que tout était faux et que ses parents l’avaient manipulé pour se faire du fric. Voilà. C’est un soulagement et en même temps ça me donne envie de noyer cette famille de tordus dans les toilettes.

Saviez-vous que le mois de Juillet doit son nom à l’empereur Jules César, de son vrai nom Caius De Julii ? Ce mois de deuil est donc fort approprié pour saluer le départ de l’empereur de la pop music, dont nous reparlerons certainement dans les prochaines semaines parce que j’ai envie et parce que parler permet d’exorciser la douleur…

scRed (mrscred@hotmail.com)
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.