Drive By Truckers - "Go-Go Boots"

Par Scred | le 14/02/2011 | Les autres articles sur le Rock

Autoroute du Sud
Quoi, déjà ? Moins d’un an après l’excellent « The Big To-Do » dont nous nous faisions l’écho dans ces pages, les Drive By Truckers remettent le couvert ! C’est rare et on ne va pas s’en plaindre, mais il y a une raison à cela… En effet, ce « Go-Go Boots » précoce est en fait le frère jumeau de son prédécesseur, je veux dire par là que les deux albums ont été enregistrés ensemble. « The Big To-Do » a accueilli en son sein les morceaux les plus remuants des sessions, laissant les titres plus lents à ce nouvel album dans un souci de cohérence générale.
Drive By Truckers - "Go-Go Boots" Pour résumer, au lieu de deux disques géniaux et variés, nous voici en présence de deux albums grandioses et homogènes. Car « Go-Go Boots » est une merveille, vous l’avez déjà compris. Délaissant un peu le rock sudiste basique du premier opus, les Drive By Truckers ont décidé de conduire cette fois-ci sur l’autoroute d’une soul inspirée tout en empruntant quelques routes transversales country rock sans jamais ralentir leur véhicule tout en évitant soigneusement l’excès de vitesse.

Vous allez penser que j’utilise la métaphore camionneuse à outrance (si, ne niez pas, je vous entends très bien d’ici), et bien il n’en est rien. L’une des stars de cet album est bel et bien un poids lourd, j’ai nommé Brad Morgan, le batteur des Drive By Truckers qui impose une frappe de mule sur presque chaque chanson, du blues presque floydien qui donne son titre au disque aux ballades country (« Dancin’ Ricky », magnifiquement chantée par la bassiste Shonna Tucker et traversée par des éclairs d’orgue et de pedal steel à se damner) en passant par les titres plus nerveux comme l’étonnant « Used to be a cop ».

Le résultat de ces coups sourds et répétés, c’est un rythme omniprésent qui fait hocher la tête et taper du pied ainsi qu’une impression de live prenante et assez enivrante. Prenez « Everybody needs love » par exemple, qui hésite entre soul et gospel tout en faisant des clins d’œil appuyés aux Rolling Stones… Pour moi, cela s’appelle un classique immédiat, « instant classic » comme ils disent là-bas !

C’est d’ailleurs ce qui enchante le plus à l’écoute de ces quatorze titres, cette impression d’authenticité dans chaque chanson, l’émotion dans la voix de Shonna Tucker sur « Where’s Eddie », l’élégance de « Assholes » qui évoque un Neil Young au sommet de son art, l’air vivifiant des highways qui souffle sur « Pulaski », le tranchant des guitares sur l’épique « Mercy Buckets » qui semble avoir été écrit il y a quarante ans sur une planète moins moche ou encore le fascinant « The Fireplace Poker » aux paroles troubles qui nous offre un fauteuil au milieu du studio tellement la production semble nue.

Avec « Go-Go Boots », les Drive By Truckers réussissent donc le tour de force de sortir un album complètement différent de leur précédent effort tout en maintenant un niveau de qualité équivalent sinon supérieur. Au final, on se retrouve donc avec un triple album en deux volumes, un concentré de ce que le sud des Etats-Unis a à offrir de mieux en 2011 avec ce groupe décidément à part qui serait parfait s’il consentait à venir nous rendre plus souvent visite sur scène… Pour remédier à cela, il n’y a qu’une solution, précipitez-vous sur leurs disques (onze en tout !) et celui-ci en particulier. Il y a un an, j’écrivais que « les quelques chanceux qui se feront prendre en stop par ces camionneurs ne regretteront pas le voyage…». Je persiste et signe.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.