Concert Airbourne – Zénith de Paris : 26/03/10

Par Scred | le 29/03/2010 | Les autres articles sur le Hard Rock

Debouts !
Concert Airbourne – Zénith de Paris : 26/03/10 Salut lecteur, moi c’est l’Embrouille, Didier l’Embrouille, tu m’remets ? Le plus grand fan de Dick du monde, ça y est t’imprimes ?

La semaine dernière, mon pote scRed vient m’voir et y m’dit « dis donc Didier, depuis que Dick s’est recyclé dans la musique de chambre, t’as pas dû quitter la tienne depuis un bail pour écouter un vrai concert de rock n’ roll, ça te dirait de venir avec moi voir Airbourne au Zénith ? » Normalement, un mec me dit ça, j’y casse sa tête ! Mais bon, il avait pas tort dans le fond, ça faisait des mois que j’avais pas quitté le Rancy-sur-Yvette alors du coup j’ai dit oui. J’enfourche ma meule et une heure plus tard me v’la dans la salle pendant que la première partie du concert commence...

Et là, parole, j’ai jamais vu une pareille bande de grosses tapettes !!! Taking Dawn qu’y s’appellent les mecs... Hé les gars, jouer ou courir y faut choisir ! Déjà que le disque était pas génial (du mauvais Mötley Crüe à la sauce Skid Row), en concert c’est encore pire ! Le groupe joue faux, chante faux , une vraie torture ! Pas grave j’me dit, le temps d’aller chopper une bière et je m’installe dans les gradins histoire d’attendre les kangourous d’Airbourne.

Les v’la tiens, sur la musique d’intro de Terminator, ça assure, j’adore comme dirait mon pote Mongo Fury. « Raise the Flag » que ça s’appelle leur premier morceau, tiré de leur dernier album « No guts no glory », le son est mortel, les decibels crachent et moi j’me lève de mon siège parce que du rock comme ça, ben ça s’écoute debout ! Et là un mec me tape sur l’épaule et m’dit « tu peux pas t’asseoir ou aller dans la fosse, je vois rien ! » Oh putain... J’y dit « Hé binocleux, tu t’es cru à un concert d’André Rieux ? Si tu veux rester assis, moi j’vais t’offrir un joli fauteuil avec des roulettes, comme ça en plus d’être handicapé mental, tu s’ras handicapé moteur, ça seras comme qui dirait une promotion ! » C’est le public parisien ça, c’est pas un balais qu’y ont dans l’cul, c’est carrément le balayeur !

Pendant ce temps là, Airbourne continue sa destruction de tympans en règle devant un public de plus en plus déchaîné. Quasiment tout leur premier album y passe avec des effets spéciaux pas tristes, genre sur « Cheap wine and cheaper women », le chanteur Joel O'Keeffe s’enfile une demi-bouteille de piquette cul sec juste pour rester dans le thème, ou s’éclate des cannettes de bière sur la tête histoire d’arroser les premiers rangs, impressionnant ! L’a pas peur de son public d’ailleurs, tellement qu’il s’amuse à faire le tour du Zénith en passant par le fosse et les gradins pour se retrouver perché sur la table de l’ingé son pendant le solo de « Girls in black »... Fallait voir la tronche du roadie derrière lui !

Les meilleurs titres du dernier album s’enchaînent également, de « Born to Kill » à « Blonde, bad and beautiful » en passant par « Get busy livin’ » et « No way but the hard way » sans la moindre fausse note malgré la vivacité des mecs d’Airbourne sur la scène, une scène imbibée de bière, de vinasse et de sueur, faut l’faire !

Deux rappels achèvent la foule déjà à genoux, avec « Running Wild », « Stand up for Rock n’ Roll » (dont le titre est pourtant clair!) et « Blackjack ».

Bon ben voilà, qu’on se le dise, dorénavant Didier l’Embrouille est le plus grand fan d’Airbourne du monde et la première tapette qui vient me dire qu’ils ont tout piqué à AC/DC, j’y casse sa tête !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.