Concert Airbourne - Trabendo - 02/12/08

Par Scred | le 15/09/2009 | Les autres articles sur le Hard Rock

C'est bien la première fois que ça m'arrive...
Pourtant des concerts, j'en ai fait un paquet ! Des bien bruyants, donnés par des chevelus qui faisaient pas de détails dans l'orgie de décibels, des antichambres de l'enfer, des salles de torture pour les oreilles, mais jamais encore je ne m'étais dit : " Tiens, j'aurai dû prendre des bouchons ! "
Concert Airbourne - Trabendo - 02/12/08 Et aujourd'hui, devant le mur d'amplis Marshall d'Airbourne, j'ai failli craquer. Ces mecs jouent FORT, c'est rien de le dire ! Airbourne sur scène, c'est l'énergie d'AC/DC avec le volume de Motörhead !

Une énergie dévastatrice, au service d'un premier album parfait que les australiens nous servent de bout en bout avec toute la fougue de leur jeunesse... " Stand up for rock n' roll ", " What's eating you ", tout y passe avec jubilation et headbanging de circonstance de la part des musiciens qui s'éclatent au moins autant que leur public. On les sent heureux, les Airbourne, en train de réaliser leur rêve...

Joel O'Keeffe ne tient pas en place, montant sur les enceintes de retour pour jouer ses solos au milieu du public dès qu'il le peut, et hurle dans son micro comme un possédé ! Il nous la joue même Angus Young en descendant de scène et en faisant le tour de la salle, guitare en bandoulière (une superbe Gibson SG noire qu'il échangera par la suite contre sa déjà fameuse Explorer blanche) en martyrisant son manche à la façon de son compatriote cornu...

Mention spéciale pour l'enchaînement " Heartbreaker "/ "Too Much, Too Young, Too Fast " où le frontman d'Airbourne atteint des sommets de virtuosité rock n' roll. Le rock n' roll est d'ailleurs au centre des débats et des déclarations exaltées du chanteur... " Like there was a french resistance, there's a rock n' roll resistance " ! (petit clin d'œil aux résistants français dont les petits enfants portent bien haut la flamme du rock n' roll !)

Airbourne nous gratifie même d'une douche de bière pendant le rappel (ils s'amusent à éventrer des canettes préalablement secouées pour rafraîchir le public, touchante attention...) où le groupe nous assène " Running Wild " et " Black Jack ", deux titres joués à cent à l'heure pour une audience ivre, et pas que de bonheur ! Pour ceux qui ont raté AC/DC du temps de leur jeunesse alors qu'ils écumaient encore les clubs, ce soir il fallait être au Trabendo.

Airbourne nous a promis qu'ils reviendraient vite, on les attend de pied ferme...
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.