Chroniques du Hellfest 2011 - Volume 1

Par Scred | le 20/06/2011 | Les autres articles sur le Métal

For those about to Fest (we salute you)
Comment vous décrire mon désarroi, assis sur la banquette arrière de la voiture qui me ramène sur Paris après trois jours passés à Clisson, au cœur du Hellfest, rien moins que le meilleur festival de métal en France?
Chroniques du Hellfest 2011 - Volume 1 Retrouver le quotidien, les problèmes de la « vraie vie », les trois factures qui m’attendaient dans la boîte aux lettres alors que pendant soixante douze heures, mon principal souci consistait à ne pas rater le début d’un concert, à retrouver les potes pour partager un verre ou à préparer une interview en compagnie des collègues tout en débattant avec passion de notre obsession commune, celle qui nous réunit en ce lieu précis, l’amour du rock n’ roll !

Seule solution au blues post-partum du Hellfest, se mettre un bon disque entre les oreilles, de préférence celui d’un groupe découvert sur place au détour de la Terrorizer Tent ou de la Main Stage 2, pousser le volume à fond et se remémorer les meilleurs moments de ce festival unique en son genre en tentant de mettre des mots sur des émotions… Pas simple !

De quelles émotions parlons-nous d’ailleurs ? Du plaisir, pour commencer, celui que l’on ressent en découvrant la liste des participants, en anticipant sur le planning forcément serré qu’il va falloir organiser, et en s’apercevant qu’il ne vaut pas grand chose devant la foule d’imprévus à gérer, de groupes à écouter sur les conseils d’un mec rencontré une heure auparavant et qui vous dit « eux, tu n’as pas le droit de les manquer » !

Un grand respect aussi, devant les légendes qui se succèdent sous les yeux d’un public tout à fait conscient que devant eux, c’est un petit bout de l’histoire du rock énervé qui défile, depuis les pères du heavy metal Ozzy Osbourne et Judas Priest jusqu’aux grands précurseurs que sont Morbid Angel, Opeth ou les frères Cavalera, en passant par les inclassables, les pas vrais, les « too much » tels qu’Iggy Pop, Apocalyptica ou encore The Exploited.

De l’excitation enfin, au moment où l’on se prend dans les dents des moments de grâce inattendus de la part de groupes qui font leurs premiers pas dans le grand rock n’ roll circus comme The Answer, ou de formations cultes qui confirment tout le bien qui se dit autour d’eux comme Electric Wizard, Skyforger ou Meshuggah !

Et puis de l’amour, comment l’oublier ? L’amour d’une grande famille éclatée qui se réunit une fois l’an pour mettre de côté le reste du monde, bousculer les convenances et les rigidités d’une société parfois étouffante et célébrer un certain esprit de liberté à grands coups de décibels…

Le Hellfest c’est tout cela et bien plus encore, et c’est cette atmosphère que nous allons essayer de vous faire partager tout au long de la semaine avec des interviews exclusives, des photographies inédites et des reportages au jour le jour, en vous faisant part de nos coups de cœur, des belles surprises, de nos légères déceptions aussi, afin de vous faire vivre le festival comme si vous y étiez et surtout de vous donner envie de rejoindre la famille l’année prochaine car, croyez-le bien, si vous n’étiez pas là vous nous avez manqué…

Vous êtes prêts ? Attachez vos ceintures et bienvenue dans notre monde de bruit et de fureur, bienvenue au paradis des velus, bienvenue au Hellfest !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.