The Woodstock Experience Collection

Par Scred | le 15/09/2009 | Les autres articles sur le Rock

Double XP
Selon la formule consacrée, si tu te souviens de Woodstock, c'est que tu n'y étais pas...
The Woodstock Experience Collection Du coup, pour ceux qui y étaient et qui ont zappé de leur mémoire ces trois jours de paix et de musique ainsi que pour ceux qui, comme moi, n'étaient même pas nés, Legacy a eu la bonne idée de rééditer cinq concerts en intégralité donnés lors de ce festival légendaire, chacun accompagné d'un album de référence de l'artiste concerné.

Soit, l'objet est avant tout intéressant pour les plus jeunes amateurs dans la mesure où les vétérans se retrouveront avec un doublon dans leur collection mais après tout, faut bien penser aux kids non ?

D'autant plus que le choix des musiciens est plus que judicieux et couvre assez bien le spectre du son de l'époque puisque l'on y retrouve du rock psychédélique (Janis Joplin, Jefferson Airplane), du blues (Johnny Winter), de la funk (Sly & the Family Stone) et du... comment dire... du Carlos Santana quoi !

C'est d'ailleurs par ce dernier que j'ai commencé mon écoute et il faut avouer que l'on se demande après coup comment l'on a pu se contenter du seul " Soul Sacrifice " sur l'album officiel pendant des années.

Le son est honnête sans plus (au regard des conditions d'enregistrement ça peut se comprendre quoique... la technique de remasterisation a pourtant fait des progrès depuis !) mais qu'importe le chilom pourvu qu'on ait l'ivresse pas vrai ? Surtout quand on sait l'état dans lequel se trouvait le guitariste pendant ce concert, sous acide et persuadé que le manche de sa guitare l'attaquait sous la forme d'un serpent ! Dites non à la drogue les enfants, enfin au moins avant de monter sur scène...

Sly & the Family Stone livrent un concert fiévreux, plein de sueur et de rage (" Stand ! ") pendant que Johnny Winter se la joue plus relax, oscillant entre reprises (" Tell the Truth ", " Tobacco Road ") et compositions brillantes (" Leland Mississippi Blues "). C'est d'ailleurs un vrai bonheur de découvrir sa performance un peu boudée sur l'album original de Woodstock, cela étant certainement dû à la faible renommée du guitariste albinos à l'époque...

Le son reste potable, l'enregistrement ayant avant tout une valeur historique et sentimentale. Mais le meilleur de la série, je vous l'ai gardé pour la fin, c'est bien entendu la double performance des génies de San Fransisco, le Jefferson Airplane et Janis Joplin. On savait déjà que le concert de l'Airplane avait été sublime d'après les images du film, en voici un témoignage intégral où l'on se rend compte que Grace Slick n'a jamais aussi bien chanté qu'en cette année 1969.

Le concert tient sur deux disques, le premier étant agrémenté d'une remasterisation grande classe de l'album " Volunteers " qui sortira quelques mois après le festival et qui changera le monde du rock à tout jamais. Un vrai trip où tous les hymnes du groupe sont présents (" White Rabbit ", " Somebody to love ", " Plastic Fantastic Lover ", " Volunteers ", etc.) accompagnés de morceaux de bravoure qui s'étirent à l'infini (" Wooden Ships ", " The Ballad of you & me & Pooneil "), du tout bon rendu avec une qualité sonore supérieure aux autres concerts de la collection, on se demande bien pourquoi.Hommage à la reine, à la déesse psyché, Madame Janis Joplin capturée dans sa meilleure période (" Kozmic Blues " dont l'album original est joint avec le concert) qui s'offre totalement dans un moment d'émotion unique, plein de sa générosité légendaire, sur le dernier disque de cette collection.

Rien à dire, on est transporté dans le temps et dans l'espace, suspendus à sa voix déchirée et suave sur des titres comme " Work Me Lord ", " Kozmic Blues ", " To love somebody " ou " Ball and Chain ", ou bien frénétiques comme " Raise your hand " ou " Try ". Quel gâchis quand on y pense... Enfin bref, Janis est immortelle puisqu'encore en 2009, quarante années après cette performance fabuleuse, on peut revivre cet évènement chez soi avec (presque) la même force, le même plaisir et les mêmes larmes...

Excellente collection donc, à conseiller vivement à tous ceux qui y étaient ou pas, et à écouter très fort afin que le message de ces musiciens alors plein d'espoir en l'avenir ne disparaisse pas trop vite. Et surtout on attend la suite ! (Arlo Guthrie ? Crosby, Stills, Nash & Young? Joan Baez? Ritchie Havens?)

Allez, un petit effort Legacy! On n'a pas quarante ans tous les jours...
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.