Chronique de "Legacy" par Girlschool

Par Scred | le 15/09/2009 | Les autres articles sur le Hard Rock

L'école des femmes
A l'écoute de cet album, on en vient à se demander si finalement l'école mixte est une si bonne idée que ça...
Chronique de "Legacy" par Girlschool Bienvenue dans l'école des filles donc, Girlschool comme son nom l'indique est une formation composée de filles exclusivement qui écume les scènes punk metal depuis plus de trente ans, chaperonnées depuis le début par le grand frère Lemmy Kilmister de Motörhead.

En effet, leur carrière a réellement débuté avec le fameux " St Valentine Day's Massacre EP ", un maxi enregistré en tandem avec Motörhead, alors au sommet de leur popularité en Angleterre. Le vrai coup de pouce.

Une dizaine d'albums et une valse de musiciennes plus tard (dont la très regrettée Kelly Johnson, décédée en 2007), Girlschool affiche une forme olympique sur ce " Legacy " très agressif qui porte admirablement bien son nom (" héritage ") puisqu'il affiche très clairement son intention de rendre hommage aux groupes qui ont influencé notre gang de filles énervées. Et pour le coup, elles ont vu grand...

En effet, on retrouve sur cet album des légendes vivantes tels que Lemmy, Phil Campbell et " Fast " Eddie Clarke (Motörhead), Ronnie James Dio, Tony Iommi et Neil Murray (Black Sabbath), ainsi que Eddie Ojeda et JJ French (Twisted Sisters) qui apportent leur concours à une pléiade de nouveaux morceaux dont " I Spy " que l'on retrouve en deux versions, l'une interprétée par Girlschool et l'autre par le tandem Dio/Iommi, ou encore le très jouissif " Don't talk to me " chanté par Lemmy que l'on retrouve également au... triangle ! Une curiosité !

Le reste de l'album se promène allègrement entre un punk hargneux (" Everything's the same ", " Other Side ", " Emergency "), un heavy metal inspiré (" Whole New World ", " Just another Day ") et un rock n' roll basique et saignant, particulièrement sur la reprise de Motörhead " Metropolis " où les filles se payent le luxe d'avoir le guitariste original du groupe, le mythique Fast Eddie, derrière le manche pour taper le solo.

En bref, voilà un album énergique qui tire un peu dans tous les sens, en forme de cadeau pour les fans ainsi qu'un excellent cours de rattrapage pour ceux qui ne connaîtraient pas encore la puissance de feu de ce groupe culte qu'est Girlschool. Grande classe ! En parlant de classe, en voici une dont on n'a absolument pas envie d'entendre la sonnerie !

Ou alors un bon gros larsen...
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.