Carmen Maria Vega à La Cigale - 8/12/11

Par Scred | le 10/12/2011 | Les autres articles sur le Rock

Olé
C’est une Cigale bien remplie qui attend sagement l’arrivée de Carmen Maria Vega pour son unique passage par la capitale. La jolie lyonnaise se fait rare et c’est bien normal, avec un nouvel album en gestation prévu pour le mois d’avril prochain et un changement de style assez radical d’après les échos qui circulent, cela demande de la préparation.
Carmen Maria Vega à La Cigale - 8/12/11 Et d’ailleurs, la première partie du concert donne le ton de l’évolution entamée par la chanteuse puisque c’est aux Howlin’ Jaws que revient la tâche de chauffer la salle, un groupe de rockabilly pur jus avec bananes, numéro de bicyclette sur contrebasse et guitare vintage de rigueur ! Agréablement surprenante, cette petite ambiance digne de chez « Born Bad » ne fait qu’attiser ma curiosité… Elle aurait pas viré psycho la petite Carmen des fois, si ?

Pas complètement, mais lorsque la miss débarque sur scène, le doute est cependant permis. Pantalon en cuir, cheveux courts gominés, veste immaculée probablement chouravée dans la loge d’Elvis et maquillage ultra glamour, Carmen Maria Vega est désormais bien loin de l’image de chanteuse à texte légèrement manouche que reflétait son premier album…

Et comme pour assumer cette mue en un joli papillon noir, la majorité des chansons interprétées ce soir seront des titres inédits, futurs extraits de l’album « Du Chaos Naissent Les Étoiles », ce qui en soi est une assez belle preuve de confiance puisque le public n’était pas forcément venu pour entendre de nouveaux morceaux.

Deux constatations : tout d’abord, le ton général de ces nouvelles compositions est beaucoup plus rock n’ roll qu’auparavant, tant dans la forme que sur le fond. En effet, exit les petites histoires du quotidien, une maladie insupportable propre à la chanson française, les nouveaux titres de Carmen Maria Vega ont des choses à dire sur notre société, la politique et la connerie humaine. (« On s’en fout », « Qu’est-ce qu’ils sont cons », « Sans rien »).
Ensuite, les chansons dites romantiques ont gagné autant en maturité qu’en intensité comme « Le Soldat », petit frère caché du « Légionnaire » de Piaf, ou encore le titre dédié au père de la belle par lequel elle terminera son concert … On ne rigole plus, fini les bluettes adolescentes que l’on oublie en un tour de clic sur meetic, ici on parle d’amour, du vrai, celui qui fait plus mal qu’une rage de dent, et le résultat est éblouissant de tension émotionnelle.

Bien sûr, quelques titres rescapés de la première vie de Carmen Maria Vega se glissent dans la setlist, « Hiérarchie », « Monsieur », l’indéboulonnable « Menteuse » qui lui a ouvert les portes des radios, « Avec mon poto » et le furieux « Bozotomie » qui verra la belle finir en soutiens gorge, hors d’haleine, mais heureuse ! Il faut dire qu’elle donne beaucoup, Carmen, surtout lorsque Mathias Malzieu vient la rejoindre pour un duo aussi physique que félin ! Reconnaissance du milieu, quand tu nous tiens…

Mais voilà, si le bondissant leader de Dionysos se laisse mettre des coups de griffe avec autant de bonheur, c’est que sa bouillante partenaire a autant de répondant que de talent et qu’il le sait, tout comme le savent les spectateurs présents ce soir à La Cigale. Du chaos naissent les étoiles paraît-il… C’est pas faux.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.