Buckcherry - "All Night Long"

Par Scred | le 22/02/2011 | Les autres articles sur le Hard Rock

Vintage d'or
Voilà un groupe comme je les aime, pratiquement inconnu de ce côté de l’atlantique et profondément culte de l’autre… Buckcherry fait partie de ces formations rock que l’on découvre au détour d’une première partie (ces messieurs ont ouvert pour AC/DC) que l’on imaginait ennuyeuse et qui finit par vous rendre accro au point de vous jeter sur l’album au stand merchandising dans la minute qui suit la fin du concert !
Buckcherry - "All Night Long" « All Night Long » est pourtant le cinquième album de Buckcherry et ses membres ne sont pas des perdreaux de l’année ! Le chanteur Josh Todd fût même pressenti pendant un moment pour devenir le vocaliste de Velvet Revolver, on est donc sur du sérieux… Ajoutez à cela le fait que le nom du groupe est un anagramme de Chuck Berry est vous comprendrez que nous sommes en présence de gars authentiques qui pratiquent un rock vintage millésimé, le genre de rock à l’ancienne que l’on aime jouer du côté de Los Angeles.

Malgré tout, le titre d’ouverture qui donne son nom à l’album nous emmène plutôt du côté de l’Angleterre… En effet, « All Night Long » est une référence directe au « All Right Now » de Free, un riff basique soutenu par une batterie métronomique qui donne furieusement envie de branler le chef en rythme, le veinard. C’est direct, efficace, chez moi on appelle ça un tube.

Cependant, dès le second titre (« It’s a party »), l’esprit californien reprend le dessus et on retrouve nos marques quelque part entre Aerosmith et Guns n’ Roses. La voix de Josh Todd apporte le petit plus qui fait la différence, évoluant dans un registre proche de celui de Kelly Jones (Stereophonics), légèrement éraillé et tout en puissance. Même constat sur des titres comme « Oh my Lord » avec sa petite touche AC/DC, le très efficace « Recovery » ou encore le sudiste « Liberty » qui évoque immédiatement « My Morning Song » des Black Crowes avec son slide agressif et son riff tournant.

Un bon groupe de hard rock californien ne serait pas complet sans ces ballades qui vous arrachent le cœur sans anesthésie et Buckcherry ne fait pas exception à la règle. « These Things » est parfaite dans cet exercice, avec ses couplets mélancoliques et son refrain ensoleillé tout comme « Bliss » qui joue plutôt la carte glam en finesse avec son ambiance furieusement eighties.

L’album se conclut par un « Dead » joué pied au plancher par un groupe qui assume parfaitement ses racines qui plongent profondément dans les fondations des clubs du Sunset Strip et dans une décennie bénie où le hard rock trustait les premières places des charts. « All Night Long » nous parle de tout ça comme si c’était hier, avec en toile de fond l’idée que cela pourrait bien être demain également… Tant qu’il y a du riff, il y a de l’espoir et Buckcherry semble être le groupe parfait pour être optimiste !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.