Biographie Noir Désir - En route pour la gloire

Par Scred | le 15/09/2009 | Les autres articles sur le Rock Indépendant

Noir Désir continue sur sa lancée
En 1991 sort "Du ciment sous les plaines", un album qui prend à contrepied très volontairement le précédent, jugé après coup trop facile d'accès par Noir Désir.
Biographie Noir Désir - En route pour la gloire Plus sombre, plus violent, l'ambiance reste cependant cohérente avec "Veuillez rendre l'âme... "... L'harmonica de Bertrand Cantat résonne en arrière plan, les textes sont plus directs ("En route pour la joie", "Tu m'donnes le mal", "Les Oriflammes") et les morceaux plus lents toujours aussi poignants ("Si rien ne bouge", "Elle va où elle veut").

On trouve également des compositions en anglais de plus en plus complexes ("The Holy Economic War", "Pictures of Yourself") qui achèvent de donner à ce second album un cachet unique. Après un break salvateur, Noir Désir reprend les chemins des studios pour accoucher de son chef d'œoeuvre, "Tostaky", en 1992. Enregistré en Angleterre, c'est de loin l'album le plus abouti et le plus violent de Noir Désir. Le son est beaucoup plus saturé, crade, et la voix de Bertrand Cantat se déchire comme jamais sur des morceaux comme "Tostaky (le continent)", "Here it comes slowly", "It spurts", ou "Sober Song".

C'est leur album le plus anglophone et le plus agressif de Noir Désir. Il contient également les chansons cultes "Marlène" (une ballade sombre, version revisitée punk de la " Madelon "), "One Trip/One Noise" et "Johnny Colère" (reprise d'un groupe bordelais, les Nus). Désormais, Noir Désir va rentrer dans le cercle très fermé des icônes du rock français.

Malheureusement, Noir Désir se voit obligé d'interrompre sa carrière suite à l'opération des cordes vocales de Bertrand Cantat, conséquence des hurlements à répétition que pousse le chanteur en tournée notamment. Pour faire patienter les fans, Noir Désir sort "Dies Irae", son premier live au son âpre et sans fioritures.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.