biographie Depeche Mode : Des machines et des hommes

Par Scred | le 15/09/2009 | Les autres articles sur le Pop

Depeche Mode: la naissance
Depeche Mode nait en 1980 à Basildon (Angleterre), dans une banlieue de Londres à forte dominante prolétaire...
biographie Depeche Mode : Des machines et des hommes On s'y ennuie ferme et cette ambiance se ressentira longtemps dans les paroles et les musiques de Martin L. Gore qui fonde le groupe en compagnie de Dave Gahan (chant), Andrew Fletcher (dit " Fletch ") et Vince Clarke.

Dans une Angleterre encore sous le choc du mouvement punk, ils se démarquent en utilisant les nouveaux instruments que la technologie leur offre, des ordinateurs et des synthétiseurs. Vince Clarke est alors le compositeur attitré de DM qui trouve son nom sur la couverture du magazine du même nom (c'est Dave Gahan qui improvise ce trait de génie alors qu'il a au téléphone un organisateur de concerts !).

Ils sont signés sur la label Mute Records par Daniel Miller en 1981 et sortent leurs premiers singles très rapidement, dont le légendaire "Just can't get enough" tirés de leur premier album "Speak & Spell".

Signe du destin, Vince Clarke décide de quitter le groupe car il s'y sent trop à l'étroit artistiquement et part fonder Yazoo puis Erasure qui, s'ils connurent un certain succès, n'arriveront jamais à rattraper la machine Depeche Mode. Martin Gore se voit forcé de composer de nouvelles chansons et le fruit de cette pression va le révéler comme l'un des songwriters les plus doués des deux décennies à venir.

DM recrute alors Alan Wilder pour remplacer Vince Clarke et assurer les concert alors que sort en 1982 "A Broken Frame", album de transition où figure tout de même le morceau "Leave in Silence" qui annonce la révolution musicale qui se prépare au sein du groupe. L'année suivante sort "Construction Time Again", avec son homme au marteau sur la pochette qui répond à la femme à la faucille de l'album précédent...

Les idées politiques de Depeche Mode sont donc clairement affichées et le single "Everything Counts" vient souligner ce discours. Les quatre garçons sont loin de n'être que des gentillettes pop-stars, ils ont un message à faire passer. "Get the balance Right" confirme la tendance et outre les paroles très directes, les spécialistes voient dans ce titre le tout premier morceau de "House Music". Révolution à tous les étages !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.