Bande originale du film "Gainsbourg Vie Héroïque"

Par Scred | le 20/01/2010 | Les autres articles sur le Rock

De Gainsbourg à GainSfar
Je n’ai pas encore vu le film consacré à Serge Gainsbourg par Joann Sfar, j’attendrai probablement qu’il sorte en DVD pour pouvoir en profiter pleinement en fumant autant de clopes que je voudrai en le regardant !
Bande originale du film "Gainsbourg Vie Héroïque" Par contre, j’étais curieux d’écouter la musique concoctée pour l’occasion par le surprenant dessinateur et ses camarades de jeu, Dionysos, Philippe Katherine, Jeanne Cherhal, Emily Loizeau ainsi que ses comédiens dont l’incarnation troublante du grand Serge, Eric Elmosnino.

On sent tout de suite que l’on est en présence d’autre chose qu’un simple film musical, un biopic dans la veine des pourtant excellents « Walk the Line » ou « Ray » par exemple… Que voulez-vous, « french touch » ! On est également à des kilomètres des compilations hommages qui ont vu défiler tous les acteurs de la nouvelle scène de la chanson française au chevet des grands mythes du passé (« Le oiseaux de passage » pour Brassens ou encore « Aux Suivants » pour Brel).

Non, ici on est en plein délire créatif, on revisite l’œuvre de Gainsbourg plutôt que de lui rendre un simple hommage et quel coup de plumeau ! La première chose qui saute aux oreilles, c’est l’interprétation incroyable d’Eric Elmosnino qui rentre dans les ballerines Repetto de Gainsbourg avec une facilité qui frise le mimétisme. Tantôt seul au piano sur « La Javanaise » ou « Elaeudanla Téitéia », explorant les racines jazz du Gainsbarre avec la participation très convaincante de Katherine dans le rôle de Boris Vian sur un medley « Je bois vs Intoxicated Man » jouissif, ou encore pratiquant un rock explosif en compagnie des Dionysos sur « Nazi Rock », il est plus que convaincant.

Alternant les titres complets et les simples extraits tels qu’ils apparaissent dans le film, « Gainsbourg Vie Héroïque » est une expérience passionnante tout au long du disque. On saute avec bonheur d’une version complètement débridée de « Qui est In, qui est Out ? » par Jeanne Cherhal et Emily Loizeau à la limite du punk à une version instrumentale de « Initials B.B. » saupoudrée d’une bonne dose de surf psychédélique sans oublier la prestation à la fois enfantine et diablement sexy de Sara Forestier sur « Baby Pop » ! Et on en redemande…

C’est la tout le talent de Joann Sfar qui a bien compris qu’un monument comme Gainsbourg méritait mieux qu’une simple visite guidée, « comment il vécut, comment il est mort », et a tenté le pari risqué de raconter une autre histoire, une vraie histoire en fait, agrémentée de toute la magie dont il est capable.

Pari réussi alors même qu’il me manque les images sur cette musique réellement excitante… Je vais peut-être revenir sur ce que j’ai dit finalement et tant pis pour les clopes !

Gainsbarre ne m’en voudra pas je pense, là où il est il a dû arrêter depuis belle lurette !
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.