Anvil - "Juggernaut of Justice"

Par Scred | le 10/06/2011 | Les autres articles sur le Métal

Dans ton culte
C’est l’histoire d’un groupe qui n’a pas de bol… ou presque. Anvil est considéré par beaucoup comme l’un des groupes de métal les plus influents qui ait jamais existé, précurseurs du speed métal, cités en référence par Metallica et Slayer, auteurs de pochettes provocatrices qui ont fait école, ils ont cependant toujours loupé le train de la reconnaissance mondiale, se faisant à chaque fois griller la priorité par des petits jeunes biberonnés à leur musique…
Anvil - "Juggernaut of Justice" Et là, alors que leur popularité commençait à se reconstruire suite à la sortie d’un film racontant leur histoire (« Anvil ! The story of Anvil » - 2008), voilà qu’ils sortent un nouvel album la semaine où explose l’affaire DSK ! Autant dire que le monde, une fois encore, avait la tête ailleurs… On dirait presque un scénario à la Spinal Tap, autre monument de culte qui colle avec leur vie, sans parler du fait que le batteur du groupe porte le même nom que le réalisateur du rockumentaire le plus délirant de l’histoire ! Cela fait beaucoup de coïncidences…

Et c’est pas juste à la fin. Parce qu’à l’écoute de « Juggernaut of Justice », on se dit qu’Anvil mérite mieux qu’un succès d’estime, des tournées au Japon et une réputation de loosers magnifiques ! On y retrouve douze titres forgés sur l’enclume d’un heavy metal ultra vitaminé avec tous les ingrédients du genre, des riffs efficaces balancés sur des rythmes endiablés (« On Fire », « When all hell break loose », « Not Afraid »), des morceaux lourds comme la fonte et terriblement accrocheurs aux paroles mystiques (« Juggernaut of Justice », « Conspiracy », « New Orleans Voo Doo ») et quelques hymnes à un rock n’ roll seventies au moment de sa mue vers quelque chose de plus sombre (« Running », « The Ride »).

En résumé, on ne s’ennuie jamais à l’écoute de cet album, véritable catalogue où l’auditeur pourra piocher une foule de référence pillées par la suite par d’autres groupes plus charismatiques, plus dans l’air du temps, au bon endroit au bon moment quoi. Oui mais voilà, Anvil était là avant et « Juggernaut of Justice » pourrait bien être le marteau vengeur venant rétablir la balance une bonne fois pour toute… ou pas !

Mais bon, il y a fort à parier que depuis le temps, Anvil s’en fout. Et c’est tout à leur honneur de sortir un disque de cet acabit dans ces circonstances, alors un petit effort les kids, venez donc découvrir la musique velue et excessivement jouissive de ces pères fondateurs, sur album ou mieux, sur scène car c’est le meilleur endroit pour leur montrer qu’ils ne se bagarrent pas contre leur destin depuis si longtemps en vain…
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.