Amanda Palmer and The Grand Theft Orchestra - La Maroquinerie - 02/11/2012

Par Peg | le 20/11/2012 | Les autres articles sur le Rock

Rock n' Roll Circus
Quand on n’a jamais vu Amanda Palmer en live, on ne sait pas que la surprise qui nous attend est de taille, quelle qu’elle soit d’ailleurs, la surprise est toujours de mise. On ne sait pas non plus qu’a l’issue de son show on aura acquis une toute nouvelle perception de ce qu’un artiste peut transmettre à son public et ce qu’il lui réserve d’étonnant durant son set.
En réalité, tant qu’on n’a pas assisté au show survolté de cet ovni de la scène underground nord américaine on ne s’imagine pas grand-chose… Ou tout au moins, on la croit mystérieuse insaisissable et furibonde. Mais la réalité est toute autre, Melle Palmer ou plutôt Mme Gaiman (épouse de Neil pour ceux qui n’auraient pas tout suivi) est une des rares artistes à accueillir son public dans une salle de concert comme on accueil des amis dans son séjour, dans sa cuisine ou encore dans son jardin.

Nature, chaleureuse et sans complexes, vêtue d’un peignoir, en pleine préparation, elle débarque sur scène présenter le band qui assure les premières parties du show sur la tournée de son dernier album « Theatre is evil ». Il s’agit d’ailleurs de la formation qu’elle à choisis pour l’accompagner sur ses compositions propres. Elle affiche une complicité émouvante avec son équipe de fanfarons. Ses acolytes du Grand Feft Orchestra sont drôles, joueurs et dotés d’un naturel à l’image de celle qui leur permet de se produire en live.

Amanda Palmer commence son set sous les applaudissements chaleureux d’une salle comble. Le concert avait affiché sold out peu de temps après la mise en vente des billets et l’excitation d’un public impatient se faisait ressentir, la belle n’étant pas passée à Paris depuis plus de deux ans.

A la surprise générale notre hôte déclare avoir perdu sa voix et invite quelques personnes supplémentaires à monter sur scène, munies d’épais paquets de pancartes.
C’est la joyeuse équipe de la production qui, en amont, avait aidé à préparer ces affiches afin de soulager la showgirl en début de set, une idée saugrenue, amusante qui a eu paradoxalement pour résultat une vraie session de chauffe.

Elle entame son set avec « Smile (Pictures or It Didn't Happen)» en envoyant valser les pancartes avec amusement et vivacité au rythme du texte. Le second morceau, premier single de son nouvel album alias « Killing Type », l’oblige à reprendre du service et révèle une voix qui s’avère tout a fait suffisante pour pouvoir tenir le temps du show.
Enchainant quelques titres dont les désormais emblématiques « Missed me » issu de son duo avec Brian Viglione (Dresden Dolls) ou « Astonaut » tiré de son album solo « Who killed Almanda Palmer », notre esthète déjantée décide d’économiser sa voix et faisant monter sur scène tour à tour deux des fans présentes dans la salle afin d’interpréter les morceaux « Sing » puis « In my mind ». Une expérience totalement inédite qui transforme le show en véritable foire incongrue aux faux airs de shows télévisé mais qui prouve une fois de plus la simplicité et la proximité qu’Amanda Fucking Palmer, comme elle se nomme elle-même, entretient avec son public.

Son retour au chant après l’absorption d’une concoction anti-grippal à base de whiskey, la belle ne manque pas de se rapprocher une fois de son public en se jetant à la manière d’un stage diving, déployant majestueusement derrière elle une dizaine de mètres de toile. Tout en continuant à chanter, accompagnée de sa traine, AFP est transportée dans toute la salle par ses inconditionnels fascinés par cette nouvelle initiative inattendue pour finir, debout, dans un bain de foule, en plein milieu de la salle, acclamée de tous.

Elle continuera cette immersion ensuite, unplugged en fond de salle, avec ses acolytes du Grand Theft pour laisser in-fine son public sans voix, à son tour. Un jeu de mot tout à fait en adéquation avec le sentiment que laisse une pareille prestation. Tout simplement magistrale !

A noter qu’Amanda Palmer and the Grand Theft Orchestra sera de retour sur scène le 4 Mars 2013 à la Cigale. Un rendez vous à ne surtout pas manquer, comme vous l’avez probablement compris.

Setlist Amanda Palmer and the Grand Theft Orchestra:

• A Grand Theft Intermission
• Smile (Pictures or It Didn't Happen)
• The Killing Type
• Missed Me
(The Dresden Dolls cover)
• Want It Back
• Astronaut (A Short History of Nearly Nothing)
(Amanda Palmer cover)
• Grown Man Cry
• MAGICFUTUREBOX
(The Few Moments song)
• Sing
(The Dresden Dolls cover)
• In My Mind
(Amanda Palmer cover)
• The Bed Song
• Bottomfeeder
• Leeds United
(Amanda Palmer cover)
• Encore:
• Want It Back


Photos
© P.Cremin - www.blackstage-photography.com
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.