Airbourne - "Black Dog Barking"

Par Scred | le 15/05/2013 | Les autres articles sur le Hard Rock

Chien Méchant
J’ai une pensée émue pour un p’tit gars que je ne connais pas… Je le vois d’ici, se promenant dans les rayons d’un disquaire (s’il en reste), se demandant comment il va pouvoir dépenser ses quelques euros durement économisés. Déjà, le mec me plait. Pas intéressé par le téléchargement, même légal, le copain veut sa pochette. Et il aime le rock, œuf corse. La preuve, je l’imagine très bien arborant un T-Shirt à l’effigie d’un groupe chevelu, héritage d’un grand frère parti faire sa vie ailleurs en laissant derrière lui une partie de sa collec’ parce que madame préfère les chemises.
Airbourne - "Black Dog Barking" Et puis voilà, au détour d’un rayon, notre garçon croise un album qui attire son regard. Une gueule grande ouverte, dégoulinante de bave, avec un logo tout simple, « Airbourne » que ça dit en lettres rouge sang, jurant violemment avec le noir et blanc du reste de l’image. Il ne sait pas encore pourquoi, mais il a le sentiment que les crocs du molosse sont déjà plantés dans son crâne. Ni une ni deux, il rentre chez lui, l’album en poche, avec en tête la vague idée qu’il a peut être agi un peu vite…

Que nenni mon ami. C’est d’ailleurs ce que notre héros se dit dès les premières notes de « Ready To Rock » ! On parlait de canines un peu plus haut, c’est bien dans cette zone qu’il se prend le titre d’ouverture de « Black Dog Barking », sans pitié. Et on se fout complètement que le morceau soit vieux de plusieurs années (il donnait son nom au premier EP des australiens en 2007), la production est enfin à la hauteur et on ne peut s’empêcher de se démettre les cervicales à la première écoute !

Notre hardos est aux anges, il n’a pas dépensé son pognon en vain et il explore déjà le web à la recherche du site officiel du groupe alors que résonne le riff du second brûlot, « Animalize ». Brave garçon… Il ne peut pas encore se rendre compte de l’évolution du groupe sur cette chanson, où les mecs délaissent le rock sans fioritures d’AC/DC (référence ultime d’Airbourne jusqu’à aujourd’hui) pour se plonger dans le bon vieux hard rock des années 80, à mi chemin entre Kiss et Def Leppard ! Pas grave, il a le temps.

D’autant plus que la suite des évènements est plus que jouissive ! L’enchaînement « No One Fits Me (Better Than You) » / « Back In The Game » / « Firepower » nous ramène aux grandes heures d’un Skid Row au top de sa forme tout en conservant le côté « je vise les bourses en égratignant les tripes au passage » propre à Airbourne. Après deux albums jumeaux profondément jubilatoires, le groupe s’émancipe enfin et navigue dans des eaux plus variées… Et c’est tant mieux !

Prenez « Live It Up », premier single extrait de la merveille… Rien que l’intro justifierait l’acquisition du disque. Un picking signé Angus Young, des sirènes, un avion de chasse en piqué sur les tympans, un riff classique et puis le refrain, inattendu, propre à faire se lever un stade entier comme un seul homme en érection… Homo Erectus, ça vient de là non ?

Alors bon, Airbourne ne renie pas ses racines non plus, « Hungry » ou « Cradle To The Grave » sont là pour en témoigner mais pour le fan qui a déjà fait tourner les deux premiers albums du groupe plus d’une centaine de fois sur sa platine, il risque d’y avoir un léger choc… Cela ne préoccupe pas trop notre rocker en herbe, vous vous souvenez ?

Lui se dit qu’il a décroché la timbale avec un album comme « Black Dog Barking », un truc rare, précieux, et le plus marrant, c’est qu’il n’est pas au bout de ses surprises. Attends de les voir sur scène bonhomme. Disque du mois, comme les autres, y’a pas de raison.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.