Adam Yaunch aka MCA (1964 - 2012)

Par Scred | le 05/05/2012 | Les autres articles sur le Hip Hop

Goodbye Brooklyn
D’aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours aimé les Beastie Boys. J’avais dix ans lorsque le météore « Licensed To Ill » (1986) a percuté la planète musique de plein fouet, créant un séisme dont on ressent encore les répliques aujourd’hui, et je me souviens avoir été collé au mur par le son de ce groupe sorti de nulle part, mêlant le rock le plus primaire avec un style encore inconnu par chez nous, le hip-hop. « You gotta fight for your right to party », ce message aussi débile que fédérateur allait devenir la devise de toute une génération.
Adam Yaunch aka MCA (1964 - 2012) Derrière ce slogan se cachaient trois garçons, petits juifs New Yorkais abreuvés de punk hardcore qui avaient découvert avec le rap une manière différente de faire entendre leur voix, deux sales gosses, Mike Diamond (Mike D), Adam Horovitz (Ad Rock) au timbre haut perché et un grand frère, Adam Yaunch (MCA), qui vient de nous quitter en ce 4 mai 2012, nous laissant plantés comme des cons sur le trottoir.

MCA était l’âme des Beastie Boys, et ce dès le départ. C’était chez lui que se réunissait la bande après les cours pour massacrer leurs premières compos, encore lui qui a initié ses compères au rap, qui choisissait la plupart des samples présents sur les albums du groupe (allant de James Brown à Black Sabbath en passant par Johnny Cash, Bob Dylan et Jimi Hendrix).

Bouddhiste convaincu, il avait contribué à la création du Milarepa Fund, une association destinée à aider le peuple tibétain à lutter contre les atrocités commises par l’envahisseur chinois au moyen de concerts de charité gigantesques (Tibetan Freedom Concerts) entre 1996 et 2001. Il était également réalisateur, notamment des clips les plus emblématiques des Beastie Boys (« So Watcha Want », « Intergalactic », « Body Movin’ ») et du film délirant « Fight For Your Right Revisited ».

J’aligne des banalités, c’est nul mais je n’arrive à rien d’autre… Je ne veux pas admettre l’évidence, MCA est mort et les Beastie Boys n’existent plus. Comment c’est possible un truc pareil ? J’ai beau remettre en boucle l’incroyable « Paul’s Boutique » (1989), meilleur album du groupe à mon humble avis malgré le peu d’écho qu’il reçut à sa sortie, cela ne change rien à l’affaire.

Avec MCA, c’est un vieux camarade de route qui nous abandonne malgré lui, probablement l’un des plus grands artistes américains contemporains. Ironie du sort, les Beastie Boys furent intronisés au Rock n’ Roll Hall Of Fame le 14 avril dernier. MCA, alors en incapacité d’assister à la cérémonie, s’était fait représenter par ses deux frères d’armes qui avaient lu un court message et s’étaient abstenus, comme la tradition l’exige, d’interpréter le moindre titre en son absence.

Cette absence, devenue définitive, va creuser un vide incommensurable dans la vie de pas mal de gens, de la mienne en tous cas c’est une certitude. Repose en paix Adam Yaunch, « also known as » MCA.
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.