AC/DC - B.O "Iron Man 2"

Par Scred | le 03/05/2010 | Les autres articles sur le Hard Rock

Boîte de conserve
Et de trois ! Troisième bande originale de film signée AC/DC, après « Who made who » pour le film « Maximum Overdrive », le titre « Big Gun » pour « Last Action Hero » (et son clip hilarant montrant Arnold Schwarzenegger en culottes courtes s’essayant au fameux « duck walk » d’Angus Young), voici venir « Iron Man 2 ».
AC/DC - B.O "Iron Man 2" La grosse différence avec ses prédécesseurs c’est que cette fois-ci, AC/DC n’a pas daigné se fendre d’un inédit pour l’occasion et cependant, le disque n’en est pas pour autant dénué d’intérêt.

En effet, sur les quinze titres proposés, quelques-uns retiennent l’attention… « Cold hearted man » par exemple, tiré de la première version de « Powerage » (1978), ce titre avait disparu du pressage CD depuis, à la consternation générale ! Le voici donc de retour pour le plus grand bonheur des jeunes fans qui découvriront la musique du groupe australien par le biais de ce film de super héros qui leur est destiné en priorité…

Car c’est uniquement à ces kids que s’adresse cet album, ainsi qu’aux collectionneurs compulsifs de tout ce qui peut porter le label AC/DC, bien évidemment. Des kids qui pourront se forger une oreille rock n’ roll avec quelques uns des chefs d’œuvres du groupe, « Highway to Hell », « Let there be rock », « Back in Black » ou encore « Thunderstruck », mais aussi certains titres plus confidentiels, adorés des amateurs éclairés mais pas forcément connus du grand public, comme « If you want blood (you’ve got it) », « Have a drink on me » ou bien « Rock n’ roll damnation ».

Enfin, on retrouve sur cette compilation des chansons dont le titre semble avoir été écrit pour coller aux images des aventures de la boîte de conserve rouge et jaune, « War Machine » bien sûr mais aussi des obscurs morceaux tirés d’albums méconnus tels « Guns for Hire » ou encore « Evil Walks », qui gagnent à être redécouverts plusieurs années après.

Cette bande originale n’est donc pas un « Best Of » à proprement parlé, chose qu’AC/DC s’est toujours refusé à faire en préférant sortir des albums live à la fonction similaire mais avec le petit « plus » du direct.

Nous sommes en présence d’une compilation assez intelligente dans le choix des titres, qui pourra servir d’introduction aux néophytes et contribuer à faire passer le virus à une nouvelle génération de fans qui vont devoir se dépêcher de grandir s’ils veulent voir un jour AC/DC sur scène avant que les australiens à ressort ne soient complètement grabataires !

Bah, de toutes façons, il restera toujours Airbourne
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.