AC/DC - "Rock Or Bust"

Par Scred | le 27/11/2014 | Les autres articles sur le Hard Rock

Busted
C’est toujours un peu le même rituel lorsque paraît un nouvel album d’AC/DC, on se pose calmement, on ouvre une bière et normalement, on ne reste pas longtemps en place, tant l’envie de taper du pied et de faire un petit numéro d’air guitar vous démange au moment des solos ! Petite tradition qui dure depuis près de quarante ans et qui se fait de plus en plus rare, tant le groupe australien espace les sorties de ses nouveaux opus… (« Black Ice » datait de 2008 tout de même). Du coup, le plaisir est censé en être décuplé pas vrai ?
AC/DC - "Rock Or Bust" Mais voilà, cette fois-ci, autant balancer le pavé dans la mare d’entrée de jeu, c’est plutôt déçu que je prends la plume… « Rock Or Bust » n’est pas un mauvais album, loin s’en faut, si bien sûr on n’a jamais entendu parler d’AC/DC avant son écoute !

Bon, il faut dire aussi que le groupe n’a pas eu la vie facile ces dernières années. Entre les problèmes de santé qui ont conduit Malcolm Young à déclarer forfait, les récentes démêlées judiciaires de Phil Rudd qui l’ont écarté de ses fûts, tout ça ajouté à la tournée éreintante de « Black Ice » il y a quelques années, ça fait beaucoup pour une bande de sexagénaires !

On pourra leur trouver toutes les excuses du monde, en grande partie parce qu’on aime beaucoup AC/DC (comment pourrait-il en être autrement ?), mais le résultat reste le même, « Rock Or Bust » est une très sympathique collection de faces B, point à la ligne.

On pourrait même aller plus loin en faisant remarquer que certains titres sentent carrément l’auto plagiat. Certes, Angus Young a toujours aimé plaisanter sur le fait qu’AC/DC refaisait toujours le même album année après année, cette fois-ci c’est un peu trop évident ! Prenez « Rock The Blues Away » par exemple, superposez le au très bon « Anything Goes » présent sur « Black Ice » et regardez ce qui se passe !

Même chose pour « Baptism By Fire » qui pompe carrément le break de « Sin City » en l’accélérant un poil, le tout sur une resucée de « Bad Boy Boogie » ! Le reste est à lavement comme dirait Béru, des bons trucs ici et là (« Rock Or Bust », « Hard Times », « Rock The House », « Sweet Candy ») mais rien qui rivalise avec le plus moyen des titres de « Razor’s Edge » ou même « Ballbreaker » pour vous donner un ordre de comparaison ! Et puis bon, le générique de la NFL (« Play Ball ») fleure tellement le titre de commande pour illustrer une publicité qu’il en devient indigeste. Reste Angus et son solo magique. Voilà un truc qui ne bouge pas, mais est-ce suffisant?

AC/DC fait du AC/DC mais sonne comme un groupe de reprises… C’est un peu triste et pour tout dire, ça sent un peu le sapin. Fallait bien que ça arrive, l’album de trop quoi. Sauf que.

Sauf que nos cinglés d’australiens nous ont déjà fait le coup de l’album ultra moyen pour revenir en force la fois d’après ! (« Fly On The Wall », « Blow Up Your Video », tout ça). Le coup de la panne (d’inspiration) en somme ! Le problème c’est que les gars ne sont plus tous jeunes et que s’il faut encore attendre six ans, tout peut arriver…
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.