20 ans de la chute du mur de Berlin - La Playlist

Par Scred | le 09/11/2009 | Les autres articles sur le Rock

Tomber les murs
Voilà 20 ans aujourd’hui que le mur de Berlin vivait ses dernières heures avant de partir en fumée sous les coups conjugués des marteaux berlinois et du poids de l’histoire en marche...
20 ans de la chute du mur de Berlin - La Playlist Le rock avait anticipé la chose, l’avait encouragée même et avait fini par la célébrer ! Voici donc une petite playlist pour fêter dignement l’évènement, ainsi qu’un bon prétexte pour pousser le volume à fond, histoire de faire trembler les murs qui existent encore, d’Israël à l’Irlande du Nord...

1. Pink Floyd : « In the Flesh » , tiré de l’album « The Wall » évidemment qui n’était pas directement inspiré par le mur de Berlin mais plutôt par l’état d’esprit torturé de son compositeur Roger Waters qui se sentait emprisonné par le mur qu’il avait bâti entre lui et le reste du monde... Cependant, le symbole a été tellement fort qu’il a été compris autrement par le public !

2. U2 : « Zoo Station » , tiré de l’album « Achtung Baby », enregistré à Berlin peu de temps après la chute du mur dont une partie est représenté sur la pochette ainsi que sur le CD. Le symbole de cet album est la Trabant, la fameuse voiture est-allemande, déclinée à l’infini sur le livret ainsi que sur la scène de la tournée qui suivit la sortie du disque... Le premier album européen « with attitude » de l’histoire du rock.

3. Scorpions : « Wind of Change », tiré de l’album « Crazy World », sorti l’année suivante la chute du mur. Au delà du fait évident que « Wind of Change » est l’un des plus beaux slows de tous les temps, le message délivré dans cette chanson par l’un des plus grands groupes de rock allemand se passe de commentaires.

4. Bérurier Noir : « Manifeste », tiré de l’album live « Viva Bertaga » avec son intro en forme de délivrance, « cassons les murs », mais pas que les murs de la honte, les murs des prisons aussi... Dédiée à tous les dissidents, politiques ou pas, c’est un hymne à la liberté.

5. The Rolling Stones : « Street Fighting Man », tiré de l’album « Beggar's Banquet », la chanson la plus engagée politiquement des Stones . A l’origine, elle est dédiée aux manifestants contre la guerre du Vietnam mais a également servi de bande son aux évènements de Mai 68 en France, et finalement de chaque coup de force de la rue contre des pouvoirs oppresseurs, elle colle donc comme un gant aux jeunes allemands de l’Est qui ont tout risqué pour traverser le rideau de fer.

6. Ani Difranco : « Subdivision », tiré du superbe album « Revelling : Reckoning », c’est un titre sur tous les murs qui nous entourent, même ceux invisibles qui séparent les quartiers riches des quartiers pauvres, et qui nous rappelle de ne pas lâcher le marteau car il y a encore du boulot.

7. Stiff Little Fingers : « Wasted Life », tirée du brulôt « Inflammable Material », l’album de la révolte par excellence, cette chanson stigmatise l’aburdité de l’armée et de l’obeissance aveugle à des ordres insupportables, calvaire que vécurent tant de soldats du bloc de l’Est, obligés de tirer à vue sur leurs compatriotes épris de liberté.

8. Collectif : « The tide is turning », bouquet final de l’album « The Wall » enregistré en live à Berlin sur les ruines du mur, et interprêtée entre autres par Cyndi Lauper, Van Morrison, Bryan Adams et The Band. Une fois la poussière retombée, que se passe-t-il ? The tide is turning...
    Dîtes nous si vous avez aimé cet article.